Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Napoléon Diplomate, de Thierry Lentz

une chronique de Françoise Thibaut, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques
Après la troublante et incertaine Affaire Malet, Thierry Lentz - directeur de la Fondation Napoléon - nous propose un Napoléon diplomate inattendu et complexe. La question posée est « Quelle fut la vision diplomatique de Napoléon Bonaparte ? », en eut-il une ou plusieurs ? Mena-t-il à bien ses ambitions ? Quel bilan peut-on dresser de cette aventure si forte et si rapide ? Que pensèrent de lui ses interlocuteurs ?


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : PAG1130
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/pag1130.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida10052-Napoleon-Diplomate-de-Thierry-Lentz.html
Date de mise en ligne : 3 février 2013

Thierry Lentz nous fait, dans une introduction assez dense, et aux deux premiers chapitres, revenir aux sources de l’ambition impériale : le modèle de Bonaparte est sans nulle doute le modèle carolingien : Charlemagne peuple ses songes et l’idée « fédérative » le hante.

L’ouvrage nous fait revivre aussi les sources un peu trop oubliées de l’Expédition d’Égypte. Pour le jeune général, s’éloigner des complots parisiens, pour les puissants de la transition post-thermidorienne, éloigner le trop brillant vainqueur de l’Italie, et surtout couper la route des Indes (déjà) aux Britanniques. On aborde la tentative maladroite vers le Royaume du Maroc, la bien sotte mission du capitaine Burel auprès de Moulay Slimane, le rêve évanoui d’une alliance et de la maîtrise des colonnes d’Hercule.
Ensuite, on pénètre, chapitre après chapitre dans la complexe stratégie des alliances continentales, dont Napoléon, devenu empereur, changea plusieurs fois : ennemis puis alliés ou l’inverse, il fit valser l’Empire des Habsbourg, négligea la Prusse, s’appuya sur la Pologne pour la sacrifier plus tard, fit patte de velours avec la Russie pour l’envahir peu après. Tout cela à la hâte, sans vraiment écouter les avertissements de Talleyrand. L’ennemi majeur reste la puissance anglaise dont l’omniprésence dans toutes ses réflexions dessine assez bien la trajectoire tortueuse de l’empereur, cet empereur qui ne cesse de désirer une paix lointaine sans pouvoir arrêter les campagnes militaires, dont on connaît le catastrophique aboutissement.

Il y a aussi, dans cet ouvrage qui frise parfois la psychanalyse d’un esprit brillant, à la fois direct et compliqué, les espoirs mis sur l’Irlande, les tentatives avortées vers les jeunes États-Unis, en train d’accomplir leur « seconde guerre d’indépendance » face à a Grande-Bretagne, le changement de stratégie envers les royaumes d’Espagne et du Portugal. En 9 chapitres (dont certains reprennent et améliorent des articles déjà parus mais dispersés) nous faisons le tour d’une diplomatie oscillante, presque uniquement continentale, et dont les résultats inattendus seront sur le long terme les Indépendances latines américaines et la construction de l’empire maritime puis colonial de la Grande-Bretagne. Napoléon Bonaparte changea trop souvent de stratégie diplomatique pour pouvoir construire durablement des alliances, des politiques de long terme. Sa vision est strictement territoriale sans tenir compte des orientations économiques, ni surtout du passé des dynasties auxquelles il s’attaque. Avoir oublié la Suède, le Danemark, la Prusse en les reléguant au rôle d’acteurs de second rang, vouloir placer les membres de sa famille et ses maréchaux à la tête de territoires intégrés à un empire centralisé, relevait sans doute d’une contre-diplomatie inacceptable pour beaucoup.

Thierry Lentz
Thierry Lentz

Voila une étude bien intéressante du Premier Empire : elle nous mène au seuil du Congrès de Vienne (en fait il y en eut deux : l’avant et l’après Cent Jours), qui redessinera l’Europe après la tempête napoléonienne pour tout le XIXe siècle, pratiquement jusqu’à la Grande Guerre. Mais ceci est une autre histoire, que nous promet bientôt Thierry Lentz.

On lira aussi avec intérêt et pour illustrer, compléter ce bain épistolaire, Napoléon et la campagne de Russie 1812, par Jacques-Olivier Boudon chez Armand Colin.

- Visitez le site de la fondation Napoléon

- D’autres émissions sur Canal Académie, avec Thierry Lentz.

-  Les Cent-Jours, 1815, épisode indissociable de l’épopée napoléonienne
- La mort de Napoléon (1821) : légendes et vérités
- 1807, Apogée de l’Empire
- Napoléon et l’armistice de Pleiswitz (1813)
- 23 octobre 1812 : la conspiration du général Malet






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires