Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Les multiples vies de Théodore Monod, immortel de l’Académie des sciences

Par son biographe Roger Cans
À la fois anthropologue, linguiste, océanographe, géologue, botaniste et philosophe, Théodore Monod a rempli sa vie de 98 années de traversées dans le désert, alignant des distances de 900 km de marche ! Récit de cette vie d’aventures, avec Roger Cans.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : PAR213
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/par213.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 16 septembre 2007



Tout au long de sa très longue existence (98 années), Théodore Monod aura mené plusieurs vies en même temps. Parallèlement à sa carrière tout entière vouée au Muséum national d’histoire naturelle, il aura été un voyageur au long cours, ne cessant d’arpenter l’Afrique et ses déserts en tous sens. Curieux de tout, sur chaque terrain où il se trouve, il herborise, prélève, collectionne et consigne ses trouvailles dans un carnet qui ne le quittera jamais. Il traversera plusieurs fois, et jusqu’à l’âge de 92 ans, le désert du Tanezrouft à dos de chameau, soit 600 kilomètres sans point d’eau.

Théodore Monod (1902-2000)
Théodore Monod (1902-2000)

Descendant d’une lignée de pasteurs protestants, Théodore Monod restera toute sa vie un paroissien modèle. Mais il n’entrera jamais complètement « dans la ligne ». S’il s’avouait disciple du Christ, il lui reprochait de n’avoir jamais dénoncé la guerre ni la cruauté envers les animaux. Car le savant fut aussi un militant du respect de la vie sous toutes ses formes. Curieusement, c’est à la fin de sa carrière scientifique et militante qu’il percera dans l’opinion publique, acquérant une soudaine célébrité à l’âge de 86 ans, après la diffusion d’un film à la télévision, en 1988. Il rejoindra l’abbé Pierre dans le panthéon des bienfaiteurs de l’humanité.

Rigueur scientifique, droiture morale, fidélité, frugalité et sens de l’humour font de ce savant « à l’ancienne » une personnalité hors du commun, au parcours exceptionnel.

Retrouvez dans cette émission deux extraits de la chanson La vie Théodore, issue du titre éponyme d’Alain Souchon.

En savoir plus :
- Théodore Monod, membre de l’Académie des sciences
- L’Académie de marine
- L’Académie des sciences d’outre-mer

Bibliographie :
Méharées, exploration au vrai sahara, Je sers, Paris 1937, rééd. 1989.
Livre des prières (tiers-ordre des veilleurs), Labor et Fides, Genève 1937.
L’Hippopotame et le Philosophe, 1942, rééd. 1946 non censurée, rééd. 1993 (texte de 1946).
Bathyfolages, plongées profondes, Julliard, 1954, rééd. 1991.
Les déserts, Horizons de France, Paris 1973.
Et si l’aventure humaine devait échouer, 1991, rééd. 2000, Grasset & Fasquelle.
L’Émeraude des Garamantes, souvenirs d’un saharien, L’Harmattan, Paris 1984, rééd. 1992.
Ballade de mes heures africaines, Babel, Mazamet 1993.
Désert lybique, Arthaud, 1994.
Majâbat Al-Koubrâ, Actes Sud, 1996.
Maxence au désert, Actes Sud, Arles, 1995.
Le chercheur d’absolu, Le Cherche Midi, 1997.
Terre et Ciel, Babel, Entretiens avec Sylvain Estibal, 1997.
Paix à la petite souris, Desclé de Brouwer, 2001.
Tais-toi et marche ..., journal d’exploration El Ghallaouya-Aratane-Chinguetti, Actes Sud, 2002.
Dictionnaire humaniste et pacifiste Essai, Le Cherche Midi, 2004.

Écoutez également l’émission Au fil des pages sur la Petite histoire du mouvement écolo en France, par son auteur Roger Cans






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires