Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La liberté venue des mers, les 60 plus belles histoires de la libération de la France (1/2)

Un ouvrage de Catherine Trouiller


Auteur du livre La liberté venue des mers, les 60 plus belles histoires de la libération de la France, Catherine Trouiller nous raconte plusieurs émouvantes histoires du débarquement.


Bookmark and Share

Cette émission a été enregistrée à la fin de l'année 2004.

Du débarquement en Normandie à la Libération de Paris puis de la France, voici les 60 plus belles histoires d'une période charnière, des portraits de héros connus ou anonymes, des documents photographiques de première main.

L’histoire de Robert Capa, journaliste hongrois installé aux Etats-Unis, nous y est contée. Ce journaliste qui a rendu célèbres quelques clichés a suivi le parcours du combattant pour obtenir des clichés commandés par le magazine Life. Il réussit à embarquer sur un navire américain pour assister au débarquement de Normandie où il va pouvoir prendre des centaines de photos en se fondant dans la masse des soldats. Comment expliquer que l’on ne retrouve que huit clichés aujourd’hui ? La faute au laborantin, qui, à cause d’une mauvaise manipulation, va perdre plus de cinq cent clichés !

Alors que les alliés tentent de tromper l’ennemi en leur faisant croire à un débarquement dans le Pas-de-Calais, l’avancée se prépare pour le 6 juin en Normandie. Ce débarquement est prévu par le village de Sainte-Mère Eglise, point stratégique. Ce 6 juin 1944, la météo était mauvaise ; on annonce une tempête. Il était cependant trop tard pour reculer. Les troupes de la 82e division, des parachutistes, sont aéroportées sur le village de Sainte-Mère Eglise où ils sont largués. Largage quasiment raté puisque 65% des parachutages sont hors-zone. Chacun pense désormais à sa survie face aux troupes allemandes qui ont investi la ville. C’est le cas de John Steele, parachutiste, qui atterrit sur le clocher de l’église et va faire le mort pendant deux heures pour échapper à la mort.

On ne peut raconter le débarquement si on n’évoque pas Omaha Beach ou Omaha « la sanglante » (Bloody Omaha), comme l’appelait les Américains. Les Allemands étaient parés au combat sur cette plage plus que sur tout autre, le seul moyen de s’en sortir pour les Américains était de fuir. Aidés par deux destroyers qui vont réduire les batteries allemandes, les troupes américaines vont finir par franchir les dunes où elles seront plus en sécurité.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires