Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La loi sur l’autonomie des universités et l’enseignement de la médecine

par Bernard Charpentier
Bernard Charpentier défend l’efficacité de l’ordonnance de 1958 qui instaura les fameux CHU, les centres hospitaliers universitaires qui assurent une triple mission d’enseignement, de recherche et de soins dans le système d’enseignement de la médecine en France. Il critique la nouvelle loi du 11 août 2007 qui place les CHU sous le contrôle du président et du conseil d’administration de l’université, le doyen de médecine n’étant plus ordonnateur de droit mais délégué.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : ES304
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/es304.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 5 novembre 2007


Bernard Charpentier, président de la Conférence des doyens de médecine
Bernard Charpentier, président de la Conférence des doyens de médecine
© Canal Académie

Les facultés de médecine vont-elles devenir des facultés comme les autres ? Bernard Charpentier montre, dans sa communication devant l’adaptation de l’enseignement de la médecine depuis ces 20 dernières années. De nouveaux diplômes et cursus ont été créés, les parcours personnalisés développés ainsi que la création de passerelles entre la recherche et la médecine, la dynamique interdisciplinaire lancée. Dans la continuité d’un état de l’enseignement de la médecine, globalement positif, Bernard Charpentier rappelle que les études de médecine sont dorénavant intégrées au système européen LMD et que les CHU répondent aux objectifs quadriennaux de façon plus systématique. Le caractère professionnel des facultés de médecine les distingue des autres facultés où la professionnalisation est moins évidente.

Bernard Charpentier, président de la Conférence des doyens de médecine et chef de service de néphrologie, à l’hôpital Bicêtre dresse ce bilan en reconnaissant certains écueils. Il place en avant les particularités de l’enseignement de la médecine en France, pour s’inquiéter et s’opposer à la nouvelle loi qui place les facultés de médecine, organisés sous la forme des CHU, sous la tutelle des présidents d’université et non des doyens de médecine pour décider par exemple, des effectifs et des postes dans les cursus des enseignements de médecine. Les responsabilités en matière budgétaire et de ressources humaines ne sont plus les mêmes, dans la mesure où elles doivent être approuvées par le président d’université, conformément à la nouvelle loi.

En savoir plus

- Situation de Bernard Charpentier en 2007 : Professeur à la Faculté de Médecine Paris Sud, Université Paris-Sud 11 ; Chef de Service de Néphrologie, CHU de Bicêtre ; Directeur de l’Unité INSERM U542 « greffes d’épithéliums et régulation de l’activité lymphocytaire », Hôpital Paul Brousse ; Doyen de la Faculté de Médecine Paris Sud ; Président de la Conférence des Doyens de Médecine et des Présidents d’Université Médecins ; Vice-Président de la Conférence Internationale des Doyens et des Facultés de Médecine d’Expression Française (CIDMEF) ; Président de l’« European Society for Organ Transplantation » (ESOT).
- Texte de la communication de Bernard Charpentier, prononcée le 15 octobre 2007, devant les membres de l’Académie de sciences morales et politiques ;
- Loi du 11 Août 2007 ;
- Propositions d’amendement de l’article 14 du projet de texte portant organisation de la nouvelle université faite par la Conférence des Doyens des Facultés de Médecine et des Présidents d’Université Médecins, le 22 juin 2007.






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires