Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’enseignement des sciences en maternelle

avec Hélène Durand et Véronique Marchal, mentionnées pour le prix La main à la pâte

Confrontées simultanément à des classes de maternelles violentes et perturbées, Hélène Durand et Véronique Marchal ont décidé de réaliser leur mémoire en commun en posant la problématique suivante : Existe-t-il un lien entre pensée logique et comportement ? Elles reviennent sur les ateliers mis en place au cours de l’année ainsi que sur l’évolution positive du comportement de leurs jeunes élèves.


Bookmark and Share

_Existe-t-il un lien entre évolution de la pensée logique des enfants de maternelle et leur comportement ?
C’est la question à laquelle ont répondu Hélène Durand et Véronique Marchal en réalisant leur mémoire professionnel de stage qui conclut leurs années d’études de professeur des écoles.
Ce mémoire original, qui met en évidence le lien entre l’apprentissage des sciences et vie en société, a reçu la mention du jury du prix La main à la pâte 2007.

En arrivant chacune dans une classe de moyenne section de maternelle classées ZEP, leur constat fut le suivant :
- un niveau très bas d’attention
- un recours quasi systmétique à la violence

Nos deux professeurs des écoles sont ainsi parties de l’hypothèse qu’il existait un lien entre déficit de langage et mauvaise représentation du monde (qui induisait dès lors un comportement violent).

Les différentes séances ont consisté à analyser l’évolution de la représentation du concept flotte/coule par le biais du « tâtonnement expérimental ».

Une première étape fut la lecture du livre Le bateau de monsieur Zouglouglou (Les personnages, de plus en plus nombreux sur le beteau, finissent par le faire couler).
Premier constat : les classes s’étonnent peu et posent peu de questions (pourquoi un bateau flotte-t-il ? pourquoi coule-t-il ?). Dans chaque classe, quatre, cinq élèves restent passifs. Les autres parlent sans attendre leur tour de parole.
Pour chacune des classes, Hélène Durand et Véronique Marchal observent un enfant en échec, refusant de participer, de parler.


La deuxième étape consistait à reproduire l’expérience pour essayer de comprendre à partir de quand le bateau coulait.
C'est le fameux jeu de "fort-boyard". Les élèves sont par deux et doivent ajouter chacun un palet dans un ramequin qui flotte à la surface d'un saladier. Celui qui perd a ajouté un palet de trop, et fait couler le récipient.
Les élèves, très impliqués, ont du mal à attendre leur tour pour jouer ! Mais chacun semble passionné. Même ceux qui restaient passifs dans la phase précédente sont impliqués.
Quelques élèves ont intégré que le ramequin coulait parce qu’il y avait plus de billes qu’au début.

Autre temps fort de cette deuxième étape : la boule de pâte à modeler. Les deux institutices ont réalisé chacune deux boules de pâte à modeler identiques, mais l'une d'elle contenait un(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires