Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Coup d’Etat à l’Elysée par Alain Decaux

Le célèbre historien, de l’Académie française, racconte le 2 décembre 1851

Alain Decaux se penche sur le coup d’Etat du 2 décembre 1851. Pourquoi était-il inévitable ? Comment Louis-Napoléon Bonaparte s’y prépara-t-il ? Quels en furent les acteurs principaux ? Avec les talents de conteur qu’on lui connaît, il revient sur cet épisode délicat de notre histoire.


Bookmark and Share

Sur la route du pouvoir

La chute de Louis-Philippe en février 1848 permet au prétendant impérial, Louis-Napoléon Bonaparte, de retourner en France. Pressentant que son heure n’est pas encore arrivée, il repart en Angleterre et refuse de se présenter aux élections à l’Assemblée constituante d’avril. C’est un de ses proches, Persigny, qui décide malgré tout de poser sa candidature aux élections partielles de juin. Louis-Napoléon Bonaparte est aussitôt élu dans quatre départements. Encore en Angleterre lors des journées sanglantes de juin, il estime qu’il est temps pour lui de rentrer. En septembre, de nouvelles élections partielles lui permettent d’être élu par cinq autres départements. Le 26 septembre, il siège à l’Assemblée pour la première fois ; l’homme fait une impression insignifiante.

Le premier président de la République

En cet automne 1848, l’Assemblée met en place la constitution de la République et règle la question de la nature du pouvoir exécutif. On opte finalement pour un président de la République, élu au suffrage universel pour un mandant de quatre ans, non reconductible. Dès le 26 octobre, la loi de proscription des Bonaparte étant abolie, Louis-Napoléon annonce sa candidature à la présidence de la République. Après une campagne habile, propre à séduire aussi bien à gauche qu’à droite, il rassemble sur son nom les mécontents de tous bords. La victoire est triomphale, le 10 décembre 1848, Louis-Napoléon Bonaparte recueille plus de 74% des suffrages.

La présidence de Louis-Napoléon Bonaparte s’avère délicate : obligé de gouverner avec le parti de l’ordre qui lui avait apporté son soutien, il se trouve en perpétuelle opposition avec les députés de l’Assemblée nationale. Durant l’automne 1850, le bras de fer avec la majorité monarchiste se durcit. En 1851, le prince[résident envisage une réforme de la constitution visant à le rendre rééligible. Pour sonder l’opinion, il organise des tournées en province. Les deux tiers des conseils généraux se rallient à sa cause, mais les orléanistes s’allient à la fraction ouverte de gauche pour le contrer. Aussi, le 19 juillet 1851, l’Assemblée refuse en bloc la réforme constitutionnelle et, en même temps, supprime le suffrage universel. Les classes populaires ne se reconnaissent(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires