Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Philippe Beaussant : ses prédécesseurs sur le 36e fauteuil de l’Académie française

avec Mireille Pastoureau, directeur conservateur de la Bibliothèque de l’Institut

Le 23 octobre 2008, Philippe Beaussant a été reçu sous la Coupole au 36ème fauteuil de l’Académie française, occupé précédemment par Jean-François Deniau. Vingt-deuxième titulaire de ce fauteuil, il y fut précédé par des personnalités variées, évoquées ici par Mireille Pastoureau, qui a réuni des ouvrages et documents choisis dans le fonds de la Bibliothèque de l’Institut.


Bookmark and Share

1 - Le premier occupant de ce fauteuil 36 mériterait d'être moins oublié ! Il s'agit de Marin CUREAU de LA CHAMBRE (1594-1669). Admis à l’Académie française en 1635, médecin et philosophe, Cureau avait passé son doctorat de médecine à Montpellier et exercé son art au Mans. En 1634, il devint médecin du Chancelier Pierre Séguier, garde des sceaux, chez lequel il résidait et où il pouvait profiter d’une riche bibliothèque. Ses premiers travaux portèrent sur la nature de la lumière, les causes des crues du Nil et la passion amoureuse. En 1635, il fut nommé démonstrateur-opérateur pharmaceutique au Jardin Royal (Jardin des Plantes) où il enseigna l’anatomie et la chirurgie. Pour sa réception à l’Académie, en mai 1635, il prononça son discours : « Que les Français sont les plus capables de tous les peuples, de la perfection de l’Éloquence », et en 1641, il fut choisi pour prononcer l’éloge funèbre de Richelieu dont il avait été le protégé. La pureté de sa langue et l’élégance du style de ses œuvres étaient admirées. Un an avant le Discours de la méthode de Descartes, Cureau proclama la nécessité de l’usage du français comme langue scientifique. Il fut aussi choisi pour occuper une des premières places à l’Académie des Sciences lors de la fondation de celle-ci, en 1666.

2 - Celui qui lui succède porte le même nom -et pour cause, c'est son fils- mais pas le même prénom : Pierre Cureau de la Chambre (1631-1693), dit l’Abbé de La Chambre, élu à l’Académie française en 1670.
Homme d'Église, il était le protégé de Séguier et de Colbert. Il prononça des panégyriques et des oraisons funèbres, entre autres celle de Séguier. Il fut conseiller et aumônier du roi et du Conseil d’État. Il mourut victime de son dévouement à ses paroissiens pendant une famine.

3 - Quant au troisième titulaire, il est, lui, fort célèbre : Jean de LA BRUYÈRE (1645-1696). Élu à l’Académie en 1693, essayiste et moraliste. Après avoir reçu à Orléans une formation de juriste préalable à une carrière d’avocat qu’il n’exerça sans doute pas, La Bruyère demeura parisien. Il fut de 1680 à 1687, grâce à la recommandation de Bossuet, l’un des précepteurs de Louis III de Bourbon,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires