Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


La bioéthique sur Canal Académie

La France a entamé en mars 2009 la deuxième révision des lois de bioéthique, créées en 1994. De l’assistance médicale à la procréation à la recherche sur l’embryon, en passant par les greffes ou le diagnostic prénatal, tous les sujets seront réexaminés. Canal Académie vous propose toute une série d’émissions sur ces thèmes. Cliquez et écoutez !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : JS120309_AN01
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/js120309_an01.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida4207-La-bioethique-sur-Canal-Academie.html
Date de mise en ligne : 12 mars 2009

Ethique

Axel Kahn : Nature et humanité, qui contrôle qui ?

Racisme, eugénisme, utilisation d’embryons, suicide assisté... Axel Kahn vous propose dans cette émission une approche à la fois scientifique et philosophique de la nature de l’homme et de la valeur de ses actes.



Axel Kahn : l’éthique expliquée aux lycéens

Pour illustrer le lien entre la science et la société, le généticien et membre de l’Académie des sciences Axel Kahn s’est intéressé à l’exemple de la procréation assistée. Ecoutez sa réflexion à la fois philosophique et scientifique sur les actuelles questions d’éthique. Il s’est exprimé face à un public de lycéens lors de la semaine de la science 2007, au grand salon de la Sorbonne à Paris.


La bioéthique ou le juste milieu, de Pierre-André Taguieff, commenté par Damien Le Guay

Pierre-André Taguieff, historien, dénonce les travers de notre époque. Dans son livre, "La bioéthique ou le juste milieu", il attaque et critique la bioéthique. Pour lui, il s’agit d’une imposture puisque la recherche du "juste milieu" est impossible. Damien Le Guay nous donne les clés de lecture pour comprendre le livre de Pierre-André Taguieff.


Les mondes nouveaux de la biologie par François Gros Un nouveau livre du Secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie des sciences

La recherche en biologie a opéré une révolution durant ces dernières années. Elle s’affine au fur et à mesure des découvertes. Elle devient synthétique, bio informatique et s’intéresse de très près aux ARN, acides ribonucléiques qui jouent un rôle clé dans la régulation des activités cellulaires à tous les niveaux et dans tous les règnes vivants. A travers Les nouveaux mondes de la biologie paru aux éditions Odile Jacob, François Gros de l’Académie des sciences, revient sur cette aventure et sur ses applications médicales dans les années à venir. Rencontre avec l’auteur.


Une crise de conscience bioéthique : quand le foetus se révèle handicapé Avec Jean-Marie Le Méné, auteur de Nascituri te salutant.

Nascituri te salutant, « ceux qui vont naître te saluent », titre de l’ouvrage de Jean-Marie Le Méné est une allusion féroce aux gladiateurs saluant l’empereur avant le combat : « Ave Caesar morituri te salutant », « Ave, César, ceux qui vont mourir te saluent ». Le ton est donné dès le titre de cet essai : il est polémique. Rencontre avec l’auteur à l’orée de la révision de la loi de bioéthique en 2010. Jean-Marie Le Méné est le président de la Fondation Jérôme Lejeune (1926-1994) qui était généticien et membre de l’Académie des sciences.


Les menaces biologiques, biosécurité et responsabilité des scientifiques avec Henri Korn, Patrick Berche et Patrice Binder

Comment limiter la dissémination de connaissances scientifiques (publication du séquençage complet du bacille du charbon ou de la peste par exemple) pour éviter tout détournement à des fins militaires, sans pour autant nuire à la liberté de la recherche ? Henri Korn, Patrick Berche et Patrice Binder se sont penchés sur cette question, dans l’ouvrage Les menaces biologiques, Biosécurité et responsabilité des chercheurs.

Cellules souches

Les cellules souches porteuses d’immortalité avec Nicole Le Douarin, Secrétaire perpétuel honoraire de l’Académie des sciences

Pourquoi certains animaux tels que le triton ou l’hydre ont-ils la capacité de régénérer un membre, alors que d’autres animaux et en premier lieu, l’homme, n’en sont pas capables ? Comment nos cellules souches embryonnaires se différencient-elles pour former chacun des organes spécifiques ? Est-il possible de travailler sur les cellules souches d’un adulte ? Quelles sont les perspectives de la découverte de cellules souches de tumeurs malignes ? Réponses dans le livre de Nicole Le Douarin, Les cellules souches porteuses d’immortalité.



Nicole Le Douarin, des chimères à l’utilisation des cellules-souches

Découvrez le parcours hors du commun de Nicole Le Douarin. Professeur de lycée, elle se lança dans la recherche en embryologie et réalisa dès 1969 de grandes avancées dans cette discipline. Professeur en université, professeur au Collège de France, puis première femme à accéder au poste de secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences, son énergie reste intacte ! A 76 ans elle poursuit ses activités dans son laboratoire ! Rencontre...



Margaret Buckingham, du coeur et des cellules

Écossaise d’origine, Margaret Buckingham, à l’inverse de ses homologues, quitte la Grande-Bretagne pour travailler dans le laboratoire français du professeur François Gros. Dès les années 1960, elle se passionne pour la myogénèse puis la cardiogénèse ; des recherches pleines d’espoir pour les myopathes et les enfants du Téléthon. Margaret Buckingham est membre associé étranger à l’Académie des sciences.

Plasticité des cellules : de la constitution de l’embryon au cancer (1/2) Avec Jean-Paul Thiery, correspondant de l’Académie des sciences, Alain Puisieux, Pierre Savagner

Les cellules, qu’elles soient embryonnaires ou adultes, sont capables d’engendrer des cellules d’os, de cartilage, de tissu adipeux, de foie, de muscle ou encore de cœur… d’où le nom de « plasticité » cellulaire. Cette magie de la vie engendre à l’inverse des fibroses et des cancers. Canal Académie vous retransmet en deux parties la séance commune Académie des sciences / Académie nationale de médecine, intitulée La plasticité cellulaire : de l’embryon à la fibrose et au cancer. Première partie.

Cellules-souches : du mythe à la réalité, par Marie-Louise Labat

En novembre 1998, l’américain J.A. Thomson réussit à extraire des cellules-souches, à partir d’un embryon humain. Elles ont l’intérêt d’être capables de se transformer en tous les types de cellules qui composent l’organisme. On pensait alors qu’elles pourraient réparer tous les tissus humains défaillants et pourraient guérir des maladies comme celle d’Alzheimer ou de Parkinson. Marie Louise Labat, 9 ans après cette découverte, fait le point de l’avancée des recherches et interroge : "L’embryon est-il encore la seule source de cellules capables de se différencier en tous les types tissulaires de l’organisme ?" Ecoutez sa communication, le 8 octobre 2007, devant les membres de l’Académie des sciences morales et politiques.


Les mères porteuses : le regard du médecin et de l’écrivain Avec le Professeur Roger Henrion de l’Académie de médecine et l’écrivain Valérie Gans

La gestation pour autrui : développé depuis les années 1970 en Californie, cette méthode permet à un couple d’intention de faire porter leur embryon par une gestatrice. La GPA divise les pays de l’Union européenne. En France, le débat revient régulièrement dans l’actualité. Cette émission vous propose d’aborder sur ce sujet délicat en croisant le regard du médecin et de l’écrivain. Roger Henrion est gynécologue-accoucheur des hôpitaux de Paris, membre de l’Académie de médecine et auteur du rapport académique sur ce sujet, et Valérie Gans, écrivain, auteur du roman L’enfant des nuages.


Ethique : faut-il légaliser les "mères porteuses" ? Réflexion sur "la gestation pour autrui" (GPA), avec le sénateur Marie-Thérèse Hermange

Marie-Thérèse Hermange rappelle ici que le débat sur les "mères porteuses" compte parmi les grands enjeux de société où se joue la vision de l’Homme et de la vie. La « gestation pour autrui » (GPA) est une appellation pudique, banalisante et généreuse. Mais qui a vraiment pris la mesure des conséquences inouïes que ne manquerait pas de provoquer la légalisation de cette pratique ? Réflexion sur une question éthique brûlante.


Mères porteuses, la réflexion éthique de Sylviane Agacinski sur la Gestation Pour Autrui Entretien avec la philosophe, auteur de Le corps en miettes reçue par Annet Sauty de Chalon

En philosophe, Sylviane Agacinski s’interroge sur la Gestation Pour Autrui (GPA), notamment parce que le public, déjà habitué à la contraception et à l’avortement, ne sait plus très bien quoi en penser. Elle voit dans les "mères porteuses" une dérive possible vers une forme d’esclavage moderne et une tragique réification du corps féminin. Une prise de position ferme dans les débats éthiques.

Euthanasie

L’euthanasie ou la fin de vie, par Jean Leonetti, cardiologue, député des Alpes-Maritimes

La crainte de mal mourir l’emporte sur la peur de la mort elle-même, d’après Jean Leonetti, président et rapporteur en 2004 de la mission parlementaire d’information sur l’accompagnement de la fin de la vie. Sa communication du 5 novembre 2007, devant les membres de l’Académie des sciences morales et politiques, revient sur le travail consensuel et juridique des députés autour de l’élaboration de la loi du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie, adoptée à l’unanimité à l’Assemblée nationale.



Regard sur l’euthanasie, avec le professeur Lucien Israël

Faut-il autoriser l’euthanasie en France ? Non, répond Lucien Israël, éminent cancérologue et membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Soucieux des questions d’éthique, il évoque les risques que pourraient engendrer cette légalisation. Il est l’auteur de l’ouvrage Les dangers de l’euthanasie.


La fin de vie et l’euthanasie par le Pr André Vacheron, communication à l’Académie des sciences morales et politiques le 31 janvier 2011

Le Pr André Vacheron expose dans cette séance académique les raisons pour lesquelles, selon lui, l’euthanasie ou, comme l’on dit aujourd’hui, l’aide médicale pour mourir, n’est pas une solution acceptable alors que le développement des soins palliatifs autorise désormais une fin de vie sans souffrance.


Nouvelles questions sur la mort aujourd’hui : Ethique et Médecine (1/2) Entretien avec le Dr Regis Aubry, président de l’observatoire de fin de vie, avec Damien Le Guay

Regis Aubry, président de l’observatoire de fin de vie, le sait mieux que quiconque : les regards et les comportements à l’égard de la mort sont toujours révélateurs d’une société. Mais les évolutions technologiques prodigieuses de ces dernières années dépassent souvent le cadre juridique et moral traditionnel, ce qui pousse l’homme moderne face à de nouvelles et intenses questions éthiques. Le docteur Aubry est ici l’invité du philosophe Damien Le Guay.


Les soins palliatifs : une réponse à la fin de vie Entretien avec le Dr Godefroy Hirsch

Les soins palliatifs, encore mal connus, sont pourtant, de plus en plus plébiscités par les Français. A quoi servent-ils réellement ? Explications avec Godefroy Hirsch, médecin, praticien des soins palliatifs et ancien président de la Société française d’accompagnement et de soins palliatifs (Sfap). Il est l’invité de Damien Le Guay.


Un observatoire national pour la fin de vie présenté par André Vacheron Le cardiologue, de l’Académie des sciences morales et politiques, en souligne la nécessité

Le nouvel Observatoire national de fin de vie a été créé par le Ministre de la santé, Mme Roselyne Bachelot, le lundi 22 février 2010. Le professeur André Vacheron, cardiologue réputé, membre du Comité de pilotage de cet Observatoire, en explique la nécessité et détaille la situation des malades en fin de vie.

Espoirs de la génétique

Thérapie génique : espoir ou illusion ? avec Bertrand Jordan, lauréat 2007 du prix Jean Rostand

Peut-on véritablement croire que la thérapie génique permettra, demain, de guérir des affections génétiques aujourd’hui incurables - mucoviscidose, myopathie de Duchesne et autres maladies orphelines - ? N’est-ce pas un leurre qui masque des recherches finalement trop coûteuses ? "Thérapie génique : espoir ou illusion" : c’est la question posée par Bertrand Jordan dans un ouvrage qui retisse le fil d’un demi siècle de recherches en génétique. Récompensé par le Prix Jean Rostand au Palais de la Découverte, Bertrand Jordan nous fait partager ses réflexions.



Alain Fischer : Histoire de la thérapie génique

L’immunologiste et académicien des sciences Alain Fischer nous livre les prémices de l’histoire de la thérapie génique. En guérissant des "enfants bulles" en 1999 à l’hôpital Necker (dans le cadre d’essais cliniques) grâce à l’introduction d’un gène sain dans la moelle osseuse, il ouvre la porte à un traitement thérapeutique. Quels sont les espoirs pour les autres maladies rares ? Eléments de réponse dans cette émission.



Pharmacogénétique : traiter un patient selon son patrimoine génétique, avec Jean-Paul Tillement et Jean-Pierre Goullé

La pharmacogénétique est apparue il y a un demi-siècle : elle permet de prescrire des traitements sur mesure en fonction des profils génétiques des patients, réduisant ainsi les risques de toxicité et d’effets secondaires dus aux médicaments.


Pourquoi le don de gamète doit-il rester anonyme ? Réponses avec Georges David, fondateurs des CECOS et Pierre Jouannet, ancien responsable du CECOS de l’Hôpital Cochin, de l’Académie de médecine

Le sigle « CECOS » ne vous dit peut-être rien. Pourtant, chaque année les Centres d’étude et de conservation des œufs et du sperme aident quelque 1500 couples à avoir des enfants ; de véritables prouesses techniques qui ne pourraient pas se faire sans l’aide des donneurs de gamètes. Un projet de loi vise à lever partiellement leur anonymat ; une catastrophe qui réduirait le don à zéro selon nos deux invités Georges David, fondateur du centre et Pierre Jouannet, son successeur. Explications.

Le don d’organe

Indemniser le don d’organes ? Par la philosophe Valérie Gateau

Parler du don d’organe et d’une possible indemnisation est tabou. Pourquoi ? Parce que nous l’assimilons à une rémunération avec toutes les déviances possibles. Pourtant, que dire aux donneurs vivants, qui, en faisant un acte généreux, se retrouvent en difficulté ? Cette émission apporte des éléments de compréhension aux débats à venir.



Première greffe partielle du visage, avec le professeur Alain Carpentier

Une expérience chirurgicale remarquable. Fin novembre 2005, la première allogreffe de la face - ou transplantation - est réalisée par les équipes du professeur Duvauchelle et Dubernard. Venu présenter un premier bilan devant les membres de l’Académie des sciences, le professeur Alain Carpentier se fait le relais de leur exposé.


Organes autoconstruits : l’homme peut-il se régénérer sans limite ? avec Henri Bismuth de l’Académie de chirurgie et Dominique Franco, chirurgien à l’hôpital Antoine Béclère à Clamart

L’homme est-il une salamandre comme les autres, un animal qui pourrait perdre un membre et le faire repousser ? Chercheurs, médecins et chirurgiens, travaillent au développement d’organes autoconstruits. Un mot un peu barbare pour dire qu’ils s’attèlent à régénérer une partie d’un organe malade avec des cellules neuves injectées dans ce dernier. L’organe se soignerait tout seul !


Les secrets de la transplantation de bronche, première mondiale réalisée en France avec les professeurs Emmanuel Martinod et Alain Carpentier, président de l’Académie des sciences

La greffe d’une bronche artificielle sur un homme est une première médicale mondiale, réalisée en France en octobre 2009 par le jeune professeur Martinod et son équipe. Prudent d’observer les effets de cette opération à moyen terme, le chirurgien a attendu 15 mois avant d’en faire part au grand public. C’est en compagnie du professeur Alain Carpentier qui l’a soutenu dans ses 14 années de recherche que le professeur Martinod évoque dans cette émission les différentes étape de son aventure.

Traitement contre l’infertilité

Le don de gamètes doit-il rester anonyme ? avec Georges David, de l’Académie nationale de médecine

Les enfants conçus par Insémination artificielle avec donneur (IAD), doivent-ils/ peuvent-ils connaître l’identité du donneur qui a servi à leur conception ? Une proposition de modification de la loi tend à aller dans ce sens. Mais les membres de l’Académie nationale de médecine se sont prononcés unanimement contre la levée de l’anonymat. Pourquoi ? Réponses en compagnie de Georges David, de l’Académie de médecine, fondateur des CECOS (Centre d’étude et de conservation des oeufs et du sperme).



Les traitements contre l’infertilité, des bébés éprouvettes à nos jours avec Jacques Gonzales

Dans cette émission le professeur Jacques Gonzales évoque la vaste question des manipulations sur l’embryon. Une question éthique qui fait toujours débat, trente ans après la naissance du premier bébé in vitro.


Le clonage

Le clonage thérapeutique, la thérapie cellulaire en question avec le Pr Claude Sureau

Le clonage thérapeutique. Quel est le point commun entre diabète, maladie de Parkinson ou paraplégie ? Toutes ces pathologies pourraient un jour bénéficier des progrès de la thérapie cellulaire. Au coeur de cette révolution biologique et médicale, les cellules souches... et les préoccupations éthiques qu’elles ne manquent pas de susciter.



L’homme artificiel, avec le Dr Jean-Pierre Dickès

Le Dr Jean-Pierre Dickès a publié un essai sur l’homme artificiel, offrant ici une réflexion approfondie sur le clonage reproductif, la création de l’homme par l’homme. Un cri d’alarme avant qu’il ne soit trop tard...






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires