Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Antoine Poncet, un sculpteur au royaume des formes pures

Rencontre avec l’académicien des beaux-arts

Antoine Poncet nous reçoit dans son atelier à Paris. Entre création et présidence de l’Académie des beaux-arts, le sculpteur reste plus que jamais actif. Il se dévoile et nous raconte sa vie. Portrait d’un homme de joie et de rêve qui fut le familier de Brancusi, Bourdelle et Maillol. Parcours d’un sculpteur toujours aussi inspiré après 67 ans de travail.


Bookmark and Share



Il aime la lumière, la légèreté, les termes «aérien» ou «imaginaire». Il rêve, il plane, il crée : c'est Antoine Poncet. Plus de 67 ans de sculpture et toujours le même goût, la même inspiration, la recherche du beau, du pur, la manipulation de la matière dans l'espace. « J'aime ce qui apparaît derrière l'apparence ».

Celui qui se décrit comme terriblement chanceux mais toujours les pieds sur terre, nous offre son regard sur l'art, les jeunes, la culture et bien sûr parle de sa vie, cette «humble» vie qui fut largement aidée, il ne le nie pas, par une filiation avantagée (petit-fils du peintre Maurice Denis, fils du peintre et verrier suisse Marcel Poncet), quelques rencontres fortuites : Maillol, Giacometti... et puis « une chance étonnante ».

Ainsi, il n'oublie pas ses grands maîtres, les grands inspirateurs que furent Arp, Zadkine, Etienne-Martin, Brancusi, Laurens. Il garde aussi un souvenir amusé des mécènes qui lui permirent de commencer à vivre de son art. Ainsi, il remercie avant tout son père Marcel qui lui offre la possibilité de glisser les mains dans la glaise dès ses 13 ans. Il n'oublie pas de surcroît Nathan Cummings, le collectionneur américain, qui en 1964 débarque à Saint-Germain-en-Laye à l'atelier de Maurice Denis où travaille Antoine Poncet :

- « Je le revois comme si c'était hier au portail d'entrée de la maison. Il se tenait debout sur sa voiture et était en train d'arracher le lierre sur le numéro de la rue. Il s'était mis à crier dans un très mauvais français : comment voulez-vous démarrer dans la vie si vous laissez votre numéro de maison caché par le lierre ! »

Qu'à cela ne tienne ! L'américain lui commande dix-neuf sculptures monumentales en marbre de Carrare ! Une véritable aubaine pour un jeune artiste. Ainsi naît le lien entre Poncet et les musées du monde entier. Moma (musée d'art moderne) à New York, musée d'art contemporain à Montréal, musée des(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires