Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Lucien Febvre par lui-même, Vivre l’Histoire : portrait de l’historien des Annales

Une interview de l’archiviste Brigitte Mazon

Si Lucien Febvre exhortait ses étudiants à « vivre l’histoire », Le livre de la collection Bouquins, au titre emblématique : Lucien Febvre Vivre l’Histoire publié en 2009, nous exhorte à lire Lucien Febvre. Portrait de l’historien de l’école des Annales, en compagnie de Brigitte Mazon, responsable du fonds d’archives Lucien Febvre, qui a réalisé cette exceptionnelle édition qui montre l’érudition et le style de la pensée de l’un des plus grands historiens du XXe siècle, de l’Académie des sciences morales et politiques.


Bookmark and Share





En 1898, Lucien Febvre, de famille universitaire, intègre l'Ecole normale de la rue d'Ulm, après des études au lycée Louis le Grand à Paris. Il exerce rapidement une critique et une forte influence sur l'histoire en tant que discipline, en collaborant à des revues sous la direction du philosophe Henri Berr qui cherchait à réaliser une synthèse des sciences historiques dès 1900.

Sa soutenance de thèse confirme dès 1911 la naissance d'un grand historien. Plus tard en 1929, à travers l'aventure des Annales, et en particulier avec la revue des Annales d'histoire économique et sociale qu'il fonde avec Marc Bloch, il est à l'origine de la fameuse école historique, l'École des Annales, si féconde, creuset de l’histoire des mentalités. Lucien Febvre est un monument de l'historiographie française, dont la destinée est liée et éclipsée par celle de son ami l’historien Marc Bloch.
Son œuvre, son écriture aux envolées lyriques, exhortait à «vivre l’histoire», formule qu'il lance en 1941.

Révolutionnaire par son approche méthodologique, en rupture avec les maîtres de l'histoire positiviste et événementielle, à l'opposé d’un théoricien de l'histoire, d'un érudit dans sa tour d’ivoire, il s'est intéressé à l’histoire, qu'il voulait « totale » mais pas totalisante. Il a mené maints combats pour cette histoire à part entière.
Son œuvre protéiforme, mal connue, révèle un esprit libre et actif au service de la communauté des historiens et de la société.


Né en 1878 à Nancy, Lorrain d’adoption, Comtois de cœur et d'adoption, Strasbourgeois durant l'entre deux-guerres, Parisien à nouveau, à partir de sa nomination au Collège de France en 1933, architecte du CNRS, fondateur avec Charles Morazé, puis Fernand Braudel de la VI e section de l’École Pratique des Hautes Études, EPHE-VI qu'il préside de 1948 à 1956, il meurt dans sa propriété du Souget à Saint-Amour dans le Jura en 1956.


C'est le parcours de cet historien spécialiste de la Franche-Comté comme de l’histoire religieuse de la France du XVI e siècle, loin des honneurs et du pouvoir malgré un cursus honorum des plus classiques, professeur au Collège de France puis membre de l’Institut que Canal Académie vous propose de découvrir, en compagnie de Brigitte Mazon. En effet à partir de 1949, il est élu à l'Académie des sciences(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires