Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jean-Loup Dabadie : ses prédécesseurs sur le 19ème fauteuil de l’Académie française

avec Mireille Pastoureau, directeur-conservateur de la Bibliothèque de l’Institut

Quels furent, à l’Académie française, les prédécesseurs de Jean-Loup Dabadie ? Voici, par Mireille Pastoureau, directeur-conservateur de la Bibliothèque de l’Institut, l’histoire du 19ème fauteuil dont il est aujourd’hui le vingt-deuxième titulaire. Des personnalités variées y siégèrent, évoquées ici grâce aux ouvrages de la Bibliothèque de l’Institut, qui réunit les bibliothèques des Cinq Académies composant l’Institut de France.


Bookmark and Share

Le tout premier occupant de ce 19 ème fauteuil appartenait au premier cercle des amis qui se réunissaient chez Valentin Conrart. Il s'agit de François de PORCHÈRES d’ARBAUD(1590-1640) qui fut admis à l’Académie française en 1634. Né en Provence (Porchères est un village près de Forcalquier), ce poète ne doit pas être confondu avec un autre, Honorat de Porchères Laugier, également membre de l’Académie française. Disciple en poésie de Malherbe, dont il édita les œuvres, Porchères d’Arbaud laissa une traduction en vers français des Psaumes de David et des poèmes.

Le deuxième fut l'avocat au Parlement Olivier PATRU (1604-1681), élu en 1640, considéré comme l'un des maîtres de l'éloquence pour la pureté de sa langue et l'élégance de ses plaidoyers. Son discours de remerciement, prononcé lors de sa réception à l’Académie, devint une tradition. "On en demeura si satisfait qu'on a obligé tous ceux qui ont été reçus depuis d'en faire autant" écrit Pellisson dans son Histoire de l’Académie. Défenseur du purisme dans la lignée de Malherbe, il aida et conseilla Vaugelas dans la rédaction de ses Remarques sur la langue française. Vers 1660 son influence était grande dans les milieux littéraires. Il rassembla autour de lui un groupe d'écrivains dans lequel se trouvaient Richelet qu'il aida pour l'élaboration de son dictionnaire et Nicolas Boileau qui lui confia ses textes à relire.

Après lui, vinrent le parlementaire Nicolas POTIER de NOVION(1618-1693), élu en 1681. Puis le traducteur Philippe GOIBAUD-DUBOIS(1626-1694), élu en 1693.

Le cinquième titulaire fut l'abbé Charles BOILEAU(1648-1704), élu en 1694 qui doit être distingué de(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires