Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Henri-Alexandre Wallon (2/3)

Sa carrière instiutionnelle, vue par Jean Leclant

Le 11 octobre 1904 disparaissait Henri-Alexandre Wallon, ce Normalien, historien de formation, auteur de l’amendement éponyme. Deuxième hommage avec une allocution de Monsieur Jean Leclant, ancien Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.


Bookmark and Share

Pour commémorer le centenaire de la mort d'Henri-Alexandre Wallon, les Académies des inscriptions et belles-lettres et des sciences morales et politiques lui ont rendu un commun hommage le lundi 4 octobre.
Normalien, historien de formation, auteur du mémoire Par quelles causes l'esclavage ancien a-t-il été aboli ?, Secrétaire perpétuel de l'Académie des Inscriptions et Belles-Lettres de 1873 à 1904, Henri-Alexandre Wallon a laissé son emprunte dans l'histoire de la République par l'amendement qui porte son nom.
En janvier 1875, son amendement stipule que «Le Président de la République est élu à la majorité des suffrages par le Sénat et la Chambre des députés réunis en Assemblée nationale. Il est nommé pour sept ans. Il est rééligible». Adopté par 353 voix sur 352, ce texte a permis d'introduire dans les lois constitutionnelles la République, la fonction présidentielle et le septennat, tout en consacrant le retour au bicamérisme, l'existence de deux assemblées représentatives.


En savoir plus :

- Henri Wallon, membre de l'Académie des inscriptions et belles-lettres
- Jean Leclant, ancien Secrétaire perpétuel de l'Académie des inscriptions et belles-lettres

- Page consacrée au centenaire de la mort d'Henri Wallon en 2004


Ecoutez également
-
- deuxième partie
- (...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires