Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Séance solennelle de l’Académie des sciences 2009 (1/2)

Discours de Jean Salençon, président de l’Académie des sciences et d’Etienne Ghys sur l’harmonie du chaos
Pour cette séance solennelle de l’Académie des sciences Jean Salençon, président de l’Académie des sciences, revient sur l’histoire de l’Académie Royale des sciences, des salons scientifiques et des missions de l’Académie. Écoutez également le discours de clôture d’Etienne Ghys, membre de l’Académie des sciences, sur l’harmonie du chaos.
Première partie d’une cérémonie qui se déroule en deux séances.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher



La séance solennelle de l’Académie des sciences est l’occasion de décerner plus de 100 prix scientifiques.
Pour cette année 2009, plus de 100 prix sont remis à 106 lauréates et lauréats. Le Grand Prix Emile Jungfleisch a été remis à Laurent Meijer.
- Écoutez notre émission Parcours, consacrée à l’objet de ses recherches : Laurent Meijer : la biologie marine pour combattre la maladie d’Alzheimer et certains cancers

Nous vous invitons à consulter la liste complète des lauréats 2009 sur le site de l’Académie des sciences

Canal Académie retransmet le discours du président de l’Académie des sciences Jean Salençon ainsi que le discours de clôture d’Etienne Ghys.

Jean Salençon,
Jean Salençon,
© B.Eymann/Académie des sciences

Comme vous le savez, l’Académie des sciences fut créée en 1666 par Colbert à partir de l’Academia parisiensis, cercle de savants éminents qui se réunirent de 1635 à 1648 dans la cellule du Père Marin Mersenne, puis pendant plus de dix ans chez le Conseiller Habert de Montmor, membre de l’Académie française, et enfin chez le diplomate Melchisédech Thévenot.

La première réunion de l’Académie eut lieu le 22 décembre 1666 dans la bibliothèque du Roi.

La compagnie, composée d’une vingtaine de membres et adjoints ou élèves, forte du soutien du Roi qui couvrait les dépenses de laboratoire et de livres et même accordait des pensions aux académiciens, se réunissait chaque semaine, le mercredi pour traiter des mathématiques et le samedi pour la physique (au sens de l’époque).
L’Académie des sciences ne reçut de Règlement que le 26 janvier 1699. Ce règlement, « résolu » par Sa Majesté le Roi Louis XIV qui entendait « continuer à donner des marques de son affection à l’Académie Royale des Sciences », se voulait « renouvelant ».
Lire la suite

Harmonie ou Chaos dans les Systèmes Dynamiques

Par Étienne Ghys, Membre de l’Académie des sciences

Il y a trois cent quarante-trois ans — l’année de la fondation de l’Académie des Sciences — un tout jeune homme allait révolutionner notre point de vue sur le monde. Pour lui, cette année 1666 fut merveilleuse : son annus mirabilis comme diront les historiens. Il découvrait que, contrairement à ce que pensaient les Anciens, les forces qui animent le monde sont universelles, partout de même nature, que ce soit lors du mouvement de la Lune ou de la chute d’une pomme.
Mais aussi, il inventait un outil mathématique merveilleux — le calcul différentiel, qu’il appelait le calcul des fluxions — qui permet de prévoir les mouvements. Prévoir l’avenir... le vieux rêve de la Science. Isaac Newton mettra vingt ans pour rédiger son chef d’œuvre, les « Principes mathématiques de philosophie naturelle », les Principes mathématiques de Physique, dirait-on aujourd’hui. Il craint que son principal rival Leibniz ne revendique également cette découverte du calcul différentiel, ce qui d’ailleurs serait justifié. Il lui écrit une lettre le 26 octobre 1676 dans laquelle il cache son secret sous forme codée :

« 6a, 2c, d, ae, 13e, 2f, 7i, 3l, 9n, 4o, 4q, 2r, 4s, 8t, 12v, x »

Leibniz n’a pas décodé ce message mais les historiens des sciences, probablement aidés par des cruciverbistes latinistes, ont fini par décrypter la phrase latine qui se cachait dans l’anagramme :
« Data aequatione quotcunque fluentes… »
Je vous fais grâce de la suite. En français, cela veut dire : « Étant donnée une équation mettant en jeu des variables, trouver ses dérivées, et vice versa ».
Lire la suite

En savoir plus :

- Académie des sciences

- Jean Salençon, président de l’Académie des sciences
- Jean Salençon, sur Canal Académie

- Etienne Ghys, membre de l’Académie des sciences
- Etienne Ghys sur Canal Académie

- Les séances solennelles ayant eu lieu en 2009






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires