Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

La Restauration, une période riche, injustement traitée par les historiens

Jean-Paul Clément, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques, crée une Société pour l’étudier

La Restauration intéresse trop peu les historiens au point qu’elle est à peine enseignée ! Mieux faire connaître la singularité et la richesse de la Restauration dans de multiples domaines, voilà la mission de la Nouvelle Société des Etudes sur la Restauration, la N.S.E.R. Partons à sa découverte avec son président, Jean-Paul Clément, membre correspondant de l’Institut.


Bookmark and Share

Spécialiste de Chateaubriand, Jean-Paul Clément a souvent constaté et déploré le peu d’intérêt suscité par la Restauration. Aussi, en 2001, décide-t-il de fonder la N.S.E.R.

Une période vilipendée

Il convient tout d’abord de revenir sur le désintérêt dont fut longtemps victime la Restauration. Coincée entre le Consulat et l’Empire de Napoléon d’un côté puis la Révolution de juillet 1848 de l’autre, la Restauration est délaissée, voire vilipendée. On lui a souvent attribué l’image d’un régime triste, austère, marqué par la compassion et la commémoration. Quant à la nature même du régime, il ne s’agirait que d’une théocratie enfermée dans l’Église. Sans parler du désamour dont sont victimes ses deux souverains. Tout d’abord, Louis XVIII, auquel est accolée l’image d’un homme podagre, plus gourmand que gouvernant. Ensuite Charles X, dernier roi de France à avoir reçu le sacre de Reims, connu avant tout pour avoir été le chef des ultras sous le règne de son frère, il est marqué du sceau de l’impopularité.

Vu sous cet angle, on comprend que les historiens ne se soient pas penchés sur la Restauration. Ce désintérêt eut pour conséquence d’écarter cette période de l’histoire du XIXe de l’enseignement secondaire et même universitaire. Précisons qu’aujourd’hui encore, la Restauration n’est toujours pas étudiée dans le secondaire. Pourquoi cette mise entre parenthèses ? L’historiographie républicaine de la IIIe République, encore perceptible dans l’enseignement actuel, est la grande responsable. Pour mieux exalter le mythe républicain de 1848, les historiens ont enveloppé la Restauration dans les ténèbres. Avec la N.S.E.R, Jean-Paul Clément propose de mettre fin à ce désintérêt.

Reconsidérer la Restauration

- Aujourd’hui, on commence à percevoir l’intérêt présenté par cette période. À l’heure où l’on parle de fracture sociale, il paraît édifiant de se pencher sur cette France de la Restauration, une France divisée entre celle de la tradition et celle issue de 1789. Tout l’enjeu de la Restauration tourne autour de la réconciliation entre ces deux(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires