Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Soliloque du prisonnier de Charles Maurras

Un ouvrage présenté par François L’Yvonnet, éditeur des Cahiers de l’Herne

Voici un ouvrage surprenant et un auteur souvent dérangeant pour ne pas dire rejeté : « Soliloque du prisonnier », rédigé par Charles Maurras, qui fut élu à l’Académie française en 1938 (à l’âge de 70 ans). Ce court texte fait partie de la collection « Carnets » des éditions de l’Herne (publié en 2010), et notre invité est François L’Yvonnet, qui en a rédigé la présentation.


Bookmark and Share

Est-il nécessaire de préciser d'emblée que le fait de ne pas partager toutes les opinions de Maurras ni d’adopter toutes ses prises de position, notamment quand elles étaient anti-sémites, n’interdit pas d’évoquer ce membre de l’Académie française ? Surtout qu'il est un écrivain de talent et la lecture de cet ouvrage le confirme.

Charles Maurras, rappelons-le brièvement, est né à Martigues en 1868, en Provence, une région qu’il chérira toujours. Il est mort en 1952. Il fut tout à la fois poète (son recueil de poésie « la musique intérieure » est paru en 1925) , critique littéraire, journaliste, théoricien politique (il a laissé des nombreuses œuvres politiques). Ses positions sont connues : nationaliste, royaliste fortement anti-démocratique (« la démocratie, inane chimère, écrit-il dans cet ouvrage, ou encore « un de ces faux remèdes universellement employés »).


Notre invité revient sur certaines positions de Charles Maurras qui, on l'oublie trop, était fortement anti-allemand et n’a jamais été favorable au nazisme.

Dans quelles conditions a-t-il rédigé « Soliloque du prisonnier » ? En prison, à la maison centrale de Clairvaux où il est enfermé à perpétuité (il y restera encore 7 années). L'homme est âgé (82 ans), solitaire mais toujours pugnace. Il ne cesse de se battre, de travailler en écrivant.



Il commence fort : « Vous me demandez des nouvelles de Charles Maurras ? J’en ai de sûres, les voici”. Et chaque début de chapitre est fort. Par exemple au chapitre 2: « On prétend que Maurras radote sur la France ». Ou au chapitre 8 « Mais Maurras n’est pas pour le désespoir… ».

Les faits : Charles Maurras fut arrêté à Lyon, le 8 septembre 1944, conduit le 9 au Fort Monluc pour quelques minutes, puis à l'hôpital lyonnais de l'Antiquaille pour quelques jours, à la prison Saint-Paul-Saint-Joseph de la même ville, pour dix-huit semaines environ. Au bout de cette longue prévention, le 24 janvier 1945, malgré ses arguments de défense exposés durant 4 jours, le verdict tombe le 27 janvier : Maurras est emprisonné à Riom. De là, il sera conduit, en 1947, à Clairvaux. Il précise,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires