Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jean-Luc Marion : ses prédécesseurs sur le 4e fauteuil de l’Académie française

avec Mireille Pastoureau, directeur conservateur de la Bibliothèque de l’Institut

Jean-Luc Marion occupe sous la Coupole le 4e fauteuil, succédant ainsi au cardinal Jean-Marie Lustiger. Mais quels furent ses vingt prédécesseurs depuis la création de l’Académie ? Réponses en compagnie de Mireille Pastoureau, directeur de la bibliothèque de l’Institut qui réunit les cinq Académies composant l’Institut de France.


Bookmark and Share

Le texte ci-dessous est résumé à partir du document rédigé par Mireille Pastoureau, directeur de la Bibliothèque de l’Institut. Il est téléchargeable dans son intégralité sur le site www.bibliotheque-institutdefrance.fr. Il offre toutes les références des ouvrages disponibles dans le fonds de la bibliothèque.

1. Le tout premier titulaire de ce 4e fauteuil fut Jean DESMARETS de SAINT-SORLIN (1595-1676). Élu membre de l'Académie française en 1634. Poète, dramaturge, romancier.
Ce libertin converti, conseiller du roi Louis XIII, contrôleur général de l’extraordinaire des guerres, secrétaire général de la marine du Levant, était aussi un habitué du salon littéraire de la marquise de Rambouillet. Protégé du cardinal de Richelieu, il fit partie de l'Académie française dès sa création et en fut le premier chancelier, fonction qu’il conserva du 13 mars 1634 au 11 janvier 1638. L’Académie tint quelques séances chez lui. Il fut l’un des examinateurs du Cid et participa à la rédaction des statuts de l’Académie.
En 1645, il devint extrêmement dévot et ne produisit plus dès lors que des œuvres à sujet religieux. En 1657, Desmarets composa un poème épique, Clovis ou la France chrétienne, dans lequel il mettait en relief les origines divines de la monarchie française. Cet ouvrage lui valut les sarcasmes de Boileau, qui était hostile à l'introduction du merveilleux chrétien dans la poésie épique. Desmarets répondit par un essai intitulé Comparaison de la langue et de la poésie française avec la grecque et la latine, dans lequel il concluait à la supériorité de la première et des miracles chrétiens sur les légendes païennes, ce qui donna le coup d'envoi de la Querelle des Anciens et des Modernes où il se montra un des plus acharnés contre les Anciens.


2. Jean-Jacques de MESMES (1640-1688), dit « le Président de Mesmes ». Élu membre de l'Académie française en 1676. Magistrat.
Il appartenait à une ancienne famille de Champagne, originaire du Béarn. Il fut intendant de Soissons, conseiller au Parlement,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires