Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’énigme Schubert : une mort aux causes incertaines...

Avec Jean-Louis Michaux, membre de l’Académie de médecine

La mort du compositeur Franz Schubert est toujours restée énigmatique. Est-il mort de la syphilis ou du typhus comme certains le prétendent ou bien empoisonné ? Jean-Louis Michaux, médecin, professeur émérite de médecine interne à l’Université catholique de Louvain, membre de l’Académie de médecine, auteur de L’énigme Schubert : le mal qui ne voulait pas dire son nom s’est penché sur le cas médical du compositeur. Hypothèses sur une mort mystérieuse.


Bookmark and Share

Schubert fut un homme méconnu et souvent mal apprécié, ce qui fut de même pour sa musique. Jean-Louis Michaux raconte comment il s’est intéressé à ce compositeur disparu dans des conditions étranges. « L’intérêt était bien sûr médical car il était atteint d’une maladie vénérienne que l’on cachait à l’époque parce que c’était une maladie honteuse et d’autre part, la raison de son décès est toujours restée énigmatique. Il est mort très jeune. Il avait à peine 31 ans. J’aime Schubert et je voulais l’approcher en tant qu’homme. Je me suis d’ailleurs toujours demandé quelle était l’influence des problèmes de vie sur la créativité des compositeurs. »

« Il faut savoir que pour Schubert, nous n’avions que très peu de documents médicaux à disposition, ce qui n’était pas le cas d’autres musiciens. C’était par ailleurs lié au fait que la syphilis qu’il a contractée à l’âge de 24 ans était une maladie cachée à l’époque parce qu’elle était punissable. Et l’homosexualité dans les pays germaniques comme en Russie et en Angleterre était une situation punissable d’enfermement. Donc on se cachait nécessairement pour ne pas être condamné. »

« Ce qui frappe chez Schubert, c’est sa créativité. Il a écrit mille œuvres en très peu de temps puisqu’il est mort à l’âge de 31 ans. Il avait une composition très diversifiée. »
Il a en effet écrit six cent lieders, 9 symphonies, un nombre insoupçonnable de sonates pour piano ainsi que de nombreuses messes et de la musique de chambre. Il avait donc une diversification très large dans sa créativité. Il ne fut cependant pas très doué pour l’opéra puisque bien qu’il en ait écrit de très nombreux, ils n’ont pratiquement jamais été joués, même à l’heure actuelle. Son succès ne fut donc pas au même titre que Mozart. Ce n’était pas non plus un homme de théâtre car il était bien trop introverti. Il n’aimait pas le contact avec le monde extérieur. Il aimait bien évidemment l’amitié, le contact avec ses proches mais en aucun cas se montrer.
«(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires