Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’eau dans le monde : utilisation et répartition dans les décennies à venir

avec Ghislain de Marsily, de l’Académie des sciences, auteur de L’eau, un trésor en partage

« Nous avons l’eau en partage, pour le meilleur et pour le pire ». Voici ce qu’écrit Erik Orsenna dans la préface du livre de Ghislain de Marsily, L’eau, un trésor en partage. L’eau est-elle devenue un trésor convoité ? Parlerons-nous prochainement d’une guerre de l’eau ? Cette émission vous propose de vous intéresser aux enjeux politiques de l’eau et aux solutions qui peuvent êtres esquissées pour une meilleure gestion de cet or bleu, le tout en compagnie de l’auteur Ghislain de Marsily, membre de l’Académie des sciences.


Bookmark and Share

L’eau suit un cycle en trois étapes sur Terre : évaporation, condensation, précipitation ; une boucle sans fin. De ce fait, on ne perd pas d’eau sur Terre.
« Si on va dans le détail », observe Ghislain de Marsily, « les rayonnements du soleil sont capables de décomposer la molécule et de séparer hydrogène de l’oxygène dans la très haute atmosphère. L’hydrogène, très léger, quitte l’atmosphère de la Terre et disparaît. Par ce mécanisme, on peut dire que des quantités infimes d’eau quittent la Terre ».

L’eau sur Terre se répartit sous les trois formes suivantes :

- la condensation, les nuages : 65 % des précipitations se retrouvent par évaporation dans l’atmosphère. Il faut aussi prendre en compte l’évapotranspiration (ndlr : transpiration de la végétation).

- les écoulements qui représentent 32 % des eaux. Les écoulements existent sous deux formes :
- le ruissellement : en cas de grosses pluies, l’eau forme des rigoles et finit par s’infiltrer dans le sol superficiel. C’est là que les racines des végétaux puisent leur eau.
- les écoulements : dans les zones tempérées, il y a plus d’eau que ne peuvent consommer les plantes. Cette eau finit par s’écouler dans les nappes souterraines ou rejoindre les rivières.

- la glace : 3 % des précipitations se retrouvent en Antarctique et au Groenland sur les glaces de terre.

On sait que les océans représentent 96,7 % de l’eau sur Terre, ensuite ce sont les glaces qui représentent 2,2 % de l’eau. Ensuite seulement arrive les eaux souterraines qui ne constituent que 1,1 % de l’eau contenue sur la planète. Sur ces 1,1 % la moitié de ces réserves est de l’eau potable.
Quant aux immenses lacs d’eau douce comme le Léman ou le lac Baïkal, ils ne représentent qu’un 1 % des eaux souterraines.

Si on ne perd pas d’eau, si nos réserves semblent colossales, il semble cependant que l’on parle de « pénurie » d’eau. « C’est une pénurie qui n’est pas la conséquence de la diminution de nos ressources en eau, mais une croissance de nos besoins alimentaires » précise Ghislain de Marsily.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires