Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jules Renard, son théâtre : "Le goût français" !

Lecture de la préface de Louis Pauwels à une édition complète du théâtre de Jules Renard

Jules Renard n’a pas écrit que "Poil de Carotte" ! Son théâtre, toujours mis en scène, mérite d’être relu surtout si l’on suit les indications données par l’écrivain Louis Pauwels, de l’Académie des beaux-arts, qui rédigea, pour l’édition de 1957, une préface aux oeuvres théâtrales de Jules Renard. Elle est ici relue par le comédien Fernand Guiot.


Bookmark and Share

Relire Jules Renard ! Chaque génération ne continue-t-elle pas à prendre plaisir à s'immerger dans son célèbre "Poil de Carotte "? Néanmoins, ce roman a tendance à faire oublier que Jules Renard a largement écrit pour le théâtre ; et pour découvrir celui-ci, Canal Académie vous propose d’écouter la lecture de la préface que l'écrivain Louis Pauwels, de l'Académie des beaux-arts, a rédigé pour une édition de ces oeuvres théâtrales complètes, datant de 1957. Il y décrit parfaitement ce qui fait l'originalité et le talent de Jules Renard.

« Jules Renard va avoir le mérite, l'extrême originalité, d'avoir le souffle court mais clair, d'emboucher une toute petite trompette mais d'en jouer à la perfection. Tout le monde hurle en cinq actes ; il va non pas murmurer mais grincer des dents en un ou deux actes. Il sera grand parce qu'il sera petit de manière exemplaire... »

Tels sont les mots choisis par lesquels Louis Pauwels commente l'art de Jules Renard, rappelant ce que Claudel disait, avec un mélange d'horreur et d'admiration, quand il reconnaissait en lui "le goût français"( mais le mot était-il élogieux dans sa bouche ?).

C'est donc à force d'être attentif aux "petits" détails, aux minuscules vérités, aux travers à peine discernables mais qui n'échappent pas à son acuité, que Jules Renard deviendra grand...

Jules Renard, autant dans ses romans que dans son théâtre, a finalement l'œil toujours "fixé sur soi"...

Louis Pauwels passe donc en revue les principales pièces, et notamment "La Bigote", la dernière de Jules Renard : "Une confidence mais confondante" dans laquelle l'auteur ne milite pas contre l'Eglise et les curés, en ces temps d'anticléricalisme, mais simplement décrit. Il décrit le drame d'un amour conjugal désolé, un "petit" amour dans un vieux couple, le drame du couple qui "à force de silence a fini par s'entendre"... Un amour dans lequel Monsieur ne croit pas en Dieu et Madame est bigote... En fait, Jules Renard ne critique rien, il évoque un souvenir personnel douloureux, une fois de plus car, écrit Louis Pauwels : « il n'en aura jamais fini de souffrir d'avoir vécu entre un père atrocement fier et une mère tragiquement dévote. Il redemande enfance, en revivant ce drame dans son âge mur ».

Il n'empêche que, le jour des obsèques de Jules Renard , Léon Blum, dans un pur style républicain,(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires