Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’entravée d’Ismaïl Kadaré : l’autopsie d’un complot en régime de dictature

L’écrivain albanais, de l’Académie des sciences morales et politiques, évoque son nouveau roman au micro de Jacques Paugam

Ismaïl Kadaré est ici invité à présenter son dernier roman L’Entravée, l’aventure d’un dramaturge albanais qui se retrouve devant le comité du Parti pour avoir dédicacé un livre à une jeune-femme qui s’est suicidée. Ismaïl Kadaré, membre associé étranger à l’Académie des sciences morales et politiques, reçu par Jacques Paugam, continue à dénoncer et décortiquer les rouages, subtils et terriblement efficaces, des dictatures.


Bookmark and Share

Ismaïl Kadaré a été installé comme associé étranger à l’Académie des sciences morales et politiques le 28 octobre 1996 et vient de publier chez Fayard un roman intitulé L’Entravée. L'écrivain albanais met ainsi en scène une histoire qui se déroule sous la dictature d’Enver Hoxha (1908-1985).


Jacques Paugam : Votre livre, comme nombre de ceux que vous avez écrit, permet de comprendre comment fonctionnaient au jour le jour les régimes totalitaires communistes et le plus extravagant d’entre eux, celui de l’Albanie d’Enver Hoxha. Tous articulés autour d’une psychose permanente et paranoïaque du complot. Dans ce roman, tout part d’une simple dédicace qui suffit à emballer la machine.

I.K : Oui et cela arrive même dans les autres régimes. La littérature est à l'affût de ces choses difficiles, lourdes, parfois impossibles...



J.P : Dans un tel régime de dictature, pour les gens "importants", tout se fait en respectant les apparences de la plus grande courtoisie, mais en jouant la carte du silence et des mystères. C'est ainsi que le personnage principal va craquer, alors qu'on le traite avec apparemment beaucoup de déférence. Un tel fonctionnement est-il vraiment prévu, organisé ?

I.K : Bien sûr ! Une dictature, c'est une machine, avec ses lois et mécanismes antérieurs, qui est dans la logique d’une tyrannie, agissant avec des calculs très froids et intelligents. Le traitement est adapté à la personne. La machine de la terreur est la plus perfectionnée des machines.

J.P : Face à cette technique, la personne visée perd pied. Votre héros passe par tous les états, cherche toutes sortes d’explications et finit par se détruire tout seul. Finalement la police et la justice n’ont pas grand chose à faire.

I.K : C’est une des lois de la tyrannie pour saper les gens à l’intérieur d'eux-mêmes, les déstabiliser de façon indirecte. Ceux qui vivent dans une tyrannie n'en sont pas toujours conscients. Ils pensent vivre dans un pays normal. Si vous demandez à des adolescents qui y vivent s’ils se sentent dans un pays libre, ils seront étonnés et vous répondront : "certainement", croyant qu’ils sont effectivement dans un pays normal. Le but est de donner l’impression d’une réalité(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires