Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Abrégé ou épitome ?

Le lexicologue Jean Pruvost aborde la question des abréviations

Jean Pruvost donne dans cette rubrique une petite leçon sur l’art "d’acourcir". Car l’abréviation, si présente dans les dictionnaires, ne pouvait demeurer absente des chroniques d’un lexicologue.


Bookmark and Share

« Abréger s.m. acourcir. La débauche abrège les jours » déclare sans sourciller en 1680 Richelet, l’auteur du Dictionnaire françois, notre premier dictionnaire monolingue. Certes, dans le jeu plaisant des renvois d’une définition à une autre, il n’est pas sans saveur de repérer que pour l’article « ac[c]ourcir », rendre plus court, Richelet a choisi d’ajouter qu’« il ne faut pas al[l]onger ce qu’on peut ac[c]ourcir ». Il empruntait ici en réalité une citation à Vaugelas, grammairien classique du bon usage s’il en est. Et le style classique est concis ou il n’est pas !

En 1690, dans son Dictionnaire universel, Furetière allongeait cependant un peu sa courte définition de l’abrégé, « sommaire, épitome », en ajoutant qu’« on dit aussi un abrégé des merveilles du monde, quand on veut bien louer une chose, ou une personne qui a toutes sortes de perfections ». Avouons néanmoins que dire à la personne que l’on aime qu’elle est « un abrégé de l’univers », ce serait peut-être un peu court aujourd’hui, mais on la surprendrait assurément en lui susurrant qu’elle représente un « épitome » de tout ce qu’il y a de plus beau…

« Épitome, abrégé. […]. Un petit épitome » avait déjà avancé Richelet. Ce mot, aujourd’hui oublié, a été emprunté au grec et il a désigné plus spécialement des précis d’histoire sainte rédigés en latin et servant autrefois de manuels aux élèves apprenant le latin. En 1801, Crévecœur l’utilisera cependant encore de manière classique en comparant le jardin et la terre de l’un de ses personnages à « un épitome du continent ». L’abrégé gardait tout son suc. C’est que l’abrégé avait davantage les qualités d’un merveilleux condensé que celles d’un résumé sans relief. Mais le verbe, lorsqu’il est conjugué à l’impératif, a toujours pâti d’une tonalité moins agréable. Ainsi, Furetière, pourtant ordinairement bavard, rappelle qu’«(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires