Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Littérature comparée (3/11) : Ovide et ses Métamorphoses

Dialogue entre Pierre Brunel et Xavier Darcos autour de la postérité d’Ovide

Les textes et la figure d’Ovide (vers 43 av. J.C.- 18 ap. J.C.) constituent une référence en Occident en littérature et dans tous les arts. Les Métamorphoses sont considérées comme un des textes fondateurs de l’Antiquité. Xavier Darcos, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques, présente son livre "Ovide et la mort", un éclairage sur l’orientation tragique de l’œuvre entière d’Ovide. Et avec le comparatiste Pierre Brunel, ils évoquent la continuité stupéfiante des sujets ovidéens au Moyen -âge et dans les romans modernes. Pourquoi cette postérité littéraire d’Ovide et ses Métamorphoses ? Nos invités furent tous deux professeurs de littérature comparée à l’Université de Paris IV- Sorbonne.


Bookmark and Share

Pierre Brunel fut professeur de Littérature comparée à l’Université de Paris IV-Sorbonne et dirigea le département de Littérature française et comparée de 1982 à 1989. Il est l’actuel directeur des Cours de Civilisation Française de la Sorbonne. Il fonda le Centre de recherche en Littérature comparée dont il fut le premier directeur. Il est le président du Collège de Littérature comparée qu’il a fondé en 1995. Membre de l’Association internationale de Littérature comparée, il est le fondateur et le directeur de plusieurs collections : « Recherches actuelles en Littérature comparée », « La Salamandre » et « Musique et musiciens » avec Xavier Darcos.

Dans leurs travaux comparatistes, Pierre Brunel et Xavier Darcos, qui fut, lui aussi, professeur de littérature comparée à l'Université de Paris IV-Sorbonne, accordèrent une large place aux mythes et aux figures antiques.

Ovide et la mort de Xavier Darcos

Dès ses débuts, Ovide avait vu la poésie comme un contrechamp orphique à la fragilité de la vie et la métamorphose comme une transgression à la mort.
C'est la même quête de sens qu'il retrouvera à la fin de son existence quand, exilé sur les bords de la Mer Noire, il se trouva précipité dans une expérience existentielle à laquelle rien ne l'avait préparé.

Le poète n’était plus seulement le favori de la société mondaine par ses œuvres légères mais un artiste complexe, dont l’âme était inquiète.

« Au- delà d’Ovide, isoler et analyser le motif de la mort dans ses écrits, c’est tenter de cerner la mentalité des élites latines de son temps, à la fois éclairées et superstitieuses, indécises face à l’élargissement du destin de Rome et perplexes devant l’accélération de l’histoire » (Xavier Darcos, Avant[ropos d’Ovide et la mort.)

Dans la dernière période qui précéda notre ère, le formalisme religieux romain ne répondait plus au besoin d’adhésion à une croyance, d'un contact sensible avec une divinité personnelle et aux inquiétudes métaphysiques qui habitent l’Homme.
Á côté de ce(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires