Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Fra Angelico : un nom qui sonne comme la musique des anges !

Nicolas Sainte Fare Garnot, conservateur du musée Jacquemart André : initiation au maître du Quattrocento

L’œuvre du grand maître toscan du Quattrocento est présentée au Musée Jacquemart-André. Son conservateur Nicolas Sainte Fare Garnot, invité de Krista Leuck, nous fait saisir l’originalité de Fra Angelico au cœur de la première Renaissance florentine.


Bookmark and Share

C’est la première fois en France qu’un hommage d’une telle importance est consacré à Fra Angelico. Cet hommage prend forme au Musée Jacquemart-André, jusqu'au 16 janvier 2012, avec l'exposition Fra Angelico et les Maîtres de la lumière . Sont réunies ici des œuvres majeures dispersées en Italie, à Florence évidemment, au Vatican, à Pise, Turin, Parme, Bergame, mais aussi à travers toute l’Europe au Musée des beaux-arts de Budapest et de Nice, sans oublier le Louvre.

FRA ANGELICO, né Guido di Pietro vers 1387 à Vicchio di Mugello, terre d’origine de la famille Médicis qui fut l’un de ses grands commanditaires, commence à peindre avant de rentrer dans les ordres. En 1430, le peintre se fait moine dominicain et prend le nom de "Fra" Angelico au couvent Saint Dominique de Fiesole. Il continue à exercer son art en se consacrant à la peinture sur bois, sans pour autant négliger son activité de miniaturiste connue grâce à la congrégation des moines camaldules de Sainte-Marie-des-Anges où travaillait également Lorenzo Monaco, un autre grand peintre visionnaire du gothique tardif.

En compagnie de Nicolas Sainte Fare Garnot nous parcourons l’art italien du Trecento et du Quattrocento. C’est l’époque où l'émergence de la perspective révolutionne l’architecture, la sculpture et la peinture s’inspirant de l’architecture de l’Antiquité. Voir l’architecte Brunelleschi (1377-1446), inventeur de la perspective et constructeur de la coupole du Duomo de Florence. Et Masaccio (1401-1428), le premier à innover en utilisant la perspective linéaire, bouleversant ainsi les codes artistiques.




Du Gothique International à la première Renaissance

Dans sa phase finale, le gothique se répand sur tout l’occident chrétien. Si les artistes italiens ont souvent privilégié les murs des églises pour y développer de vastes cycles narratifs, porteurs des grands messages de la Chrétienté, les ateliers d’enlumineurs produisent des antiphonaires, et autres codes, dont la décoration est toujours confiée aux meilleurs d’entre eux. Cette production a révélé le nom d’artistes comme(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires