Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Chu Teh-Chun et le secret des paysages chinois

L’académicien, à l’honneur au musée Cernuschi, est évoqué par Eric Levèbvre, invité de Krista Leuck

Eric Lefebvre, conservateur du patrimoine au Musée Cernuschi, nous introduit dans l’univers de Chu Teh-Chun, cet exceptionnel artiste de l’abstraction lyrique, membre de l’Académie des beaux-arts depuis 1997.


Bookmark and Share

Le Musée des Arts de l’Asie de la Ville de Paris, le Musée Cernuschi, nous a offert une importante exposition intitulée Artistes chinois à Paris, de 1920 à 1958, dans laquelle Chu Teh-Chun est représenté.
Eric Lefebvre, également commissaire de cette exposition retrace pour nous le parcours et l’œuvre de cet artiste devenu académicien.
L’Académie des Beaux-Arts peut s’enorgueillir de compter parmi ses membres deux des plus influents peintres venant de cette Chine millénaire, Chu Teh-Chun et Zao Wou-ki, à qui nous avons déjà consacré une autre émission.



Eric Lefebvre nous éclaire sur ce qui distingue ces deux artistes au-delà d’une certaine parenté dans leur approche de l’art abstrait et d’un parcours assez semblable.

Tous deux sont nés en 1920, ont fréquenté la très renommée Ecole des Beaux-Arts de Hang- Zhou, ont eu le même maître LIN FENGMIAN et sont tous deux venus en France dans les années 40-50 où chacun va poursuivre une voie bien particulière évoluant de la figuration à l’abstraction.

Les différences de parcours sont déjà notables au niveau de leur jeunesse en Chine. Chu Teh-Chun est né au nord du pays dans un milieu rural, alors que Zao Wou-Ki, né à Pékin, a passé une grande partie de sa jeunesse à Shanghai, un tout autre contexte culturel donc. Différences également quant à leur venue en France. La scène parisienne que découvre Zao Wou-Ki en 1948 n’est pas celle que découvrira Chu Teh-Chun en 1955. En dehors de l’Académie de la Grande Chaumière, quasiment obligatoire pour tout artiste à l’époque, leurs rencontres s’inscrivent dans des milieux différents. Leur évolution artistique vers l’abstraction ne sera donc pas la même. Chu Teh-Chun a choisi très rapidement cette direction, il s’y jette à corps perdu, alors que l’évolution de Zao-Wou-Ki vers l’abstraction a été très lent et très réfléchi.







Chu Teh-Chun avait déjà une carrière bien marquée comme peintre et professeur dans différentes universités en Chine, dont l’Université de Nankin, également l’Université Normale Nationale où il enseignait la peinture occidentale. Durant la guerre sino-japonaise, à partir de 1937, beaucoup d’universités, fuyant les combats, s’étaient déplacées vers l’intérieur du pays, à(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires