Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Amin Maalouf : ses prédécesseurs sur le 29 ème fauteuil

avec Mireille Pastoureau, directeur conservateur général de la Bibliothèque de l’Institut de France.

Quels furent les prédécesseurs d’Amin Maalouf sur le 29e fauteuil de l’Académie française ? Découvrez-les grâce à Mireille Pastoureau qui établit, pour chaque nouvelle élection à l’Académie, un document offrant une courte biographie de chacun des académiciens titulaires. On compte 18 académiciens à siéger avant Amin Maalouf, parmi lesquels son prédécesseur immédiat, Claude Lévi-Strauss (1908-2009) dont il a prononcé l’éloge.


Bookmark and Share

1. Pierre Bardin (1595-1635). Admis à l’Académie française dès 1634. Philosophe, mathématicien. En 1634, il devint l'un des premiers membres de l'Académie française, mais il se noya quelques mois plus tard en tentant de sauver un de ses anciens élèves. Il est l'auteur d'un ouvrage sur l'étiquette du grand chambellan de France, paru en 1623, et d'une paraphrase de l'Ecclésiaste, parue en 1632. Son œuvre principale, Le Lycée, où il traite de « l'honnête homme », est restée inachevée. Sa mort, la première depuis la fondation de l’Académie, fut l’occasion d’une décision prise par celle-ci : les honneurs funèbres à rendre à chacun des membres décédés de la Compagnie devaient consister en un service dans l’église des Carmes des Billettes, la composition d’un éloge succinct qui fût comme un abrégé de sa vie, une épitaphe en vers et une en prose. Cette coutume ne fut conservée par l’Académie que pour ses membres les plus qualifiés, et plus tard ce fut le successeur qui prononça l’éloge de l’académicien qu’il remplaçait.
.


2. Nicolas Bourbon (1574-1644). Élu à l’Académie française en 1637.
Homme d’Église, poète. Nicolas Bourbon, dit parfois « le jeune » pour le distinguer de son grand-oncle Nicolas Bourbon « l'ancien », enseigna la rhétorique dans plusieurs collèges avant d'être nommé professeur au Collège royal, où il occupa la chaire de grec de 1611 à 1620, et où il eut notamment pour élève Jean Chapelain. Chanoine d'Orléans et de Langres, il entra en 1630 à la Congrégation de l'Oratoire, où se réunit autour de lui une petite académie savante, fréquentée notamment par Gassendi. Il écrivit en latin sous le nom de « NicolausBorbonius » ou sous les pseudonymes de « HoratiusGentilis » et de « Petrus Mola ».




3. François-Henri Salomon de Virelade (1620-1670). Élu à l’Académie française en 1644. Avocat. À l’âge de 18 ans, il fut reçu avocat général au Grand conseil, à Paris. Il fut élu à 24 ans à l'Académie française contre Pierre Corneille, car l’Académie préféra élire celui qui s’engagerait à résider à Paris. Salomon de Virelade était un hôte assidu de l’hôtel Séguier, et l’Académie fit plaisir à Séguier qui avait remplacé Richelieu comme protecteur de l’Académie, en(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires