Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Théodore Monod par Philippe Taquet

Hommage lors de la célébration des 90 ans de l’Académie des sciences d’outre-mer en 2012

Théodore Monod est ici raconté par le paléontologue Philippe Taquet. Les deux hommes, tous deux membres de l’Académie des sciences, ont travaillé ensemble au Muséum national d’histoire naturelle. Un portrait tout en humour prononcé à l’occasion des 90 ans de l’Académie des sciences d’outre-mer.


Bookmark and Share

2012 marque le 90e anniversaire de l'Académie des sciences d'outre-mer, fondée le 8 juillet 1922. La séance solennelle d’ouverture se tint à la Sorbonne le 18 mai 1923 sous la présidence d’Albert Sarraut, ministre des Colonies. C’est là que Paul Bourdarie, Secrétaire perpétuel, lança les quatre verbes : "Savoir, comprendre, respecter, aimer" qui deviendront la devise de l’Académie.

Pour célébrer cet anniversaire, le mardi 26 juin 2012 au musée Guimet s'est tenu, le matin, un symposium sur le thème : "d'une mondialisation à l'autre". L’après-midi était consacrée à un hommage à l'Académie et aux hommes qui l'ont faite, parmi lesquels Théodore Monod.

Théodore Monod, une espèce "mono" spécifique !

L'explorateur Théodore Monod (1902-2000) était « le grand spécialiste français des déserts », « l'un des plus grands spécialistes du Sahara au XXe siècle ». Bon nombre de ses 1 200 publications sont considérées comme des œuvres de référence. Pour Philippe Taquet : «Théodore Monod nous a laissé une œuvre scientifique immense et une série d'ouvrages instructifs, savants, drôles, espiègles, poétiques, humanistes. Autant de témoignages précieux d'un homme précieux, original, d'un naturaliste des déserts, qui fut le seul représentant d'une espèce unique naturaliste, une espèce mono spécifique.»



La fondation d'une Académie des sciences coloniales

La formation de l'Académie a pour origine une série de réunions qui eurent lieu au cours de l'année 1922 et au début de l'année 1923. En février 1922, Paul Bourdarie accompagné de Maurice Delafosse, africaniste bien connu, et d'Alfred Martineau, professeur au Collège de France, remit à Albert Lebrun, sénateur et ancien ministre des Colonies, une note expliquant la nécessité d'une académie. Celui-ci ayant donné son accord, des réunions préparatoires se succédèrent, puis le 8 juillet, au siège de l'Alliance Française, 101, boulevard Raspail, se tint la réunion décisive dont l'ordre du jour portait : "Fondation de l'Académie des sciences coloniales ; lecture et discussion des projets de statuts et du règlement intérieur et, éventuellement, élection du(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires