Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’œuvre peint d’Henri Rouart ou l’impressionnisme au cœur

Avec Jean-Marie Rouart, de l’Académie française et Jean-Dominique Rey au micro de Marianne Durand-Lacaze

Connaissez-vous le peintre Henri Rouart, né en 1833 et mort en 1912, qui fut à la fois ingénieur de talent, artiste et mécène ? L’homme est très connu pour ses talents de collectionneur. Pourtant ce compagnon des impressionnistes qui achetait leurs tableaux et était leur ami, a aussi peint, ce qu’on sait moins. Deux de ses arrières-petits-fils et tous deux cousins, Jean-Marie Rouart et Jean-Dominique Rey lui rendent justice à l’occasion de la première exposition de peinture depuis 80 ans consacrée à son œuvre peint au musée Marmottan-Monet du 13 septembre au 11 novembre 2012.


Bookmark and Share

Paul Valéry écrivait en 1933, à propos d'Henri Rouart, à l’occasion du centenaire de sa naissance dans la préface du catalogue de la première exposition qui lui fut consacrée en tant que peintre à la Galerie Rosemberg, et ce, après sa mort :





Ceux qui ont connu M. Henri Rouart, - sa belle vie, ses nobles goûts, la largesse et la délicatesse de son accueil, sa maison, qui depuis le seuil jusqu’à la chambre la plus haute n’était que peintures exquises – ont connu ce que la seconde moitié du siècle dernier a pu produire en France de plus accompli, de plus solide, de plus raffiné, de plus respectable, - une existence fortement construite et magnifiquement ornée [...] Les quelques figures qu’il a laissées font songer par leur fidélité d’exécution, par l’absence de toute recherche de l’effet instantané, par l’impression de volonté qu’elles communiquent, d’un certain « primitif » qui aurait vécu au milieu des peintres modernes, et qui eût poursuivi un rêve de vérité pure parmi leurs thèses, leurs antagonismes, heureux de peindre, insoucieux de gloire. Paul Valéry, lié à la famille Rouart par alliance, et rappelons-le, membre de l’Académie française, a probablement sauvé de l’oubli cette œuvre qu’on redécouvre aujourd’hui.





Henri Rouart a été l’ami et le mécène des impressionnistes. Il a toujours peint à leurs côtés et même exposé avec eux. Cependant, il a mis sa propre peinture en retrait. Jean-Marie Rouart, de l'Académie française, parle d'une réserve et d'une "modestie maladive" des hommes de sa famille.




Ingénieur très inventif, vivant de ses brevets, Henri Rouart a pu mettre à l'abri du besoin sa famille et conserver l'art de peindre pour ses loisirs. Degas lui enviait cette liberté de peindre et de voyager au gré de ses envies, à l'abri d'une vie de bohème comme nous le raconte Jean-Dominique Rey.




Son nom est surtout attaché à son extraordinaire collection de tableaux anciens qui comprenait un Vélasquez, rien moins, et d'autres plus modernes comme ceux de « ce XIXe siècle à peine clos ». L’ensemble mis en vente à sa mort, en 1912 était considéré comme exceptionnel avec des tableaux modernes pour l'époque, ceux de Manet, de Degas ou le fameux tableau de Gauguin(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires