Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Antoine d’Abbadie

De l’écriture du dictionnaire d’amharique à la construction de son observatoire
Entre voyages en Abyssinie (actuelle Ethiopie) d’où il ressortira des cartes géographiques et un dictionnaire d’amharique, et son intérêt pour l’astronomie (qui lui vaudra de construire son observatoire dans son château à Hendaye), Antoine d’Abbadie est ici évoqué par Jean-Paul Poirier. Découvrez un académicien des sciences hors du commun !


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher

Référence : HAB202
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/hab202.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida967-Antoine-d-Abbadie.html
Date de mise en ligne : 26 octobre 2006


Géographe, astronome, explorateur, Antoine d’Abbadie (1810-1897) fut membre puis président de l’Académie dès sciences dès 1867.
Géographe, astronome, explorateur, Antoine d’Abbadie (1810-1897) fut membre puis président de l’Académie dès sciences dès 1867.

Né en 1810, Antoine d’Abbadie, son père est immigré basque et sa mère est irlandaise. Ce n’est qu’en 1820 que la famille s’installe à Toulouse. Après son baccalauréat, il s’intéresse aux lettres et aux sciences.
Très vite, le jeune Antoine se meut en géographe explorateur : en 1836 l’Académie des sciences lui fournit le matériel (par le biais de François Arago) et part au Brésil pour « étudier la variation journalière de la déclinaison magnétique à proximité de l’équateur ». Dès son retour, il prépare un deuxième voyage, en compagnie de son frère cadet cette fois-ci (Arnauld Michel). Ensemble, en 1837, ils partent en Abyssinie (actuelle Ethiopie), pour un voyage de reconnaissance. Revenus en 1839, Antoine d’Abbadie repartira, seul pendant dix ans. Il remplira les quatre objectifs qu’il s’était fixé :
- rechercher la source du Nil
- chercher de nouveaux éléments sur les origines de la population noire
- rapprocher le pays de l’Eglise catholique romaine
- augmenter l’influence de la France dans la région.

Sur place, il étudie une trentaine de langues éthiopiennes qu’il compilera à son retour dans un dictionnaire d’amharique (le troisième dictionnaire sur cette langue dans le monde qui regroupe près de 15 000 mots).

C’est dans son château à Hendaye qu’Antoine d’Abbadie installe son observatoire en 1858.
C’est dans son château à Hendaye qu’Antoine d’Abbadie installe son observatoire en 1858.

Après son mariage en 1859 avec Virginie Vincent de Saint Bonnet, Antoine d’Abbadie abandonne les longues expéditions. Dans son château à Hendaye, il se lance dans la construction d’un observatoire de dimensions modestes, mais reste unique en France et en Europe pour ses instruments gradués en décimales. Il s’était ainsi équipé d’une lunette méridienne, d’une lunette astronomique décimale, d’un régulateur astronomique sidéral et d’un régulateur astronomique décimal, d’un globe céleste et enfin, d’un nadirane pour lequel il fera creuser un puits de dix mètres de profondeur (pour étudier la variation de la verticale et des petits mouvements du sol).

Scientifique et par ailleurs très croyant, Antoine d’Abbadie léguera son château à l’Académie des sciences, avec le souhait qu’il soit occupé par des jésuites.

En compagnie du géophysicien Jean-Paul Poirier, membre de l’Académie des sciences, découvrez le parcours étonnant d’Antoine d’Abbadie.

Bibliographie :
Anthony Turner, Jean-Paul Poirier, Antoine d’Abbadie, éditions de l’Académie des sciences, collection Mémoire de la science, 2002.

En savoir plus sur :
- La fondation Antoine d’Abbadie
- Le Bureau des longitudes
- L’Académie des sciences






© Canal Académie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires