Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Rubens, Van Dyck, Jordaens et les autres : les baroques flamands à l’honneur

Visite au Musée Marmottan-Monet, patrimoine de l’ACADEMIE DES BEAUX ARTS, en partenariat avec les Musées royaux des beaux-arts de Belgique

Le Musée Marmottan-Monet appartenant au patrimoine de l’Académie des Beaux-Arts présente des œuvres sélectionnées parmi les collections des Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique. On peut y admirer une quarantaine de toiles des anciens Pays-Bas méridionaux du « Siècle d’Or ». Tous les grands genres y sont représentés, de la peinture d’histoire à la nature morte, en passant par le portrait, la scène de genre et le paysage. Rencontre avec la commissaire de cette exposition, Madame Sabine Van Sprang, en visite à Paris.


Bookmark and Share

Cette exposition inaugure un nouveau partenariat entre les Musées Royaux des Beaux-Arts de Belgique et le Musée Marmottan-Monet parisien.


Madame Sabine VAN SPRANG nous raconte l’origine de ces échanges afin de faire connaître quelques trésors du Musée Monet au public bruxellois et une sélection de la peinture baroque flamande des Musées royaux aux parisiens. Grâce à ses explications, nous pouvons suivre l’historique de la constitution des collections des Musées royaux des Beaux-Arts de Belgique. Contrairement à d’autres grands musées européens, comme par ex. le Louvre ou le Kunsthistorisches Museum de Vienne, les Musées royaux n’ont pas hérité d’une collection princière. Cette institution est le produit de l’arrêté Chaptal lorsque le pays était sous le régime français à la fin du XVIIIe siècle. En 1811, la ville de Bruxelles devient propriétaire du Musée. Aujourd’hui, le Musée d’Art ancien comprend une des collections de peinture des anciens Pays-Bas méridionaux la plus importante au monde allant du XVe au XVIIIe siècle.







Après la guerre de religions, le pays a connu une période de paix avec le gouvernement des archiducs Albert et Isabelle de Habsbourg, période qui permit de développer l’économie et les arts. Une nouvelle dynamique se mit en place et le commerce d’art suivit. Anvers est alors le principal centre culturel et économique du pays, mais Bruxelles, où demeure la cour, attire aussi de nombreux artistes. Les archiducs sont eux-mêmes des collectionneurs passionnés d’art flamand. A la mort d’Albert en 1621, les Pays-Bas méridionaux reviennent à l’Espagne. Les gouverneurs se succèdent à Bruxelles jusqu’à l’arrivée de l’archiduc Léopold Guillaume de Habsbourg. Durant sa gouvernance des Pays-Bas (1647-1656), il réunira une collection exceptionnelle d’œuvres flamandes, hollandaises, allemandes et surtout italiennes que Teniers représentera dans une série de tableaux de cabinet. En 1656 à son retour à Vienne, l’archiduc emporta toute la collection où elle complètera les Collections Impériales des Habsbourg que l’on peut admirer au Kunsthistorisches Museum.


Ensuite, Sabine Van Sprang nous introduit dans cet univers fascinant de la scène artistique en Flandre au XVIIe siècle.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires