Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Une Journée à l’Académie des beaux-arts : avec le sculpteur Claude Abeille

Retransmission de l’intervention de l’académicien
Dans cette émission, vous pouvez entendre l’intervention de Claude Abeille, accompagnée de la présentation de l’académicien et des remarques de Guy Boyer, rédacteur en chef de Connaissances des arts, modérateur des débats, dans le cadre d’une journée d’ouverture de l’Académie des beaux-arts avec les acteurs privés et institutionnels du monde de l’art. C’était "Une Journée à l’Académie", le 28 novembre 2012, une initiative de François-Bernard Michel de l’Académie des beaux-arts.


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : CARR934
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/carr934.mp3
Adresse de cet article :
Date de mise en ligne : 9 décembre 2012
Logo Art absolument

Texte de Monsieur Claude Abeille

Pérennité de la sculpture. L’Homme qui marche !

Depuis cinquante ans, c’est-à-dire depuis la fin de la guerre et de ses atrocités, la question de l’Art s’est posée au point que l’on s’est demandé si on pouvait encore, après tant de désastres, faire de la peinture, faire de la sculpture, si cela avait un sens et si ça n’était pas carrément scandaleux.

Les mouvements artistiques qui se sont succédé dans cette période et jusqu’aujourd’hui, témoignent dans leur diversité, et on peut peut-être le dire, dans leur incohérence, d’un trouble qui ne semble pas avoir cessé. C’est pourquoi dans les discussions que nous avons entre nous ici, à l’Académie des beaux-arts mais aussi, bien sûr à l’extérieur, nous avons coutume de nous interroger.

Certes, c’est plutôt l’affaire des journalistes, des critiques d’art, des conservateurs de musées, des galeristes, des amateurs, de porter des jugements, mais les artistes eux aussi, quoique juges et partie sont amenés à se situer dans le monde si mouvant de la création artistique ou du moins à donner quelques raisons qui motivent la direction qu’a pris leur travail et leur engagement.

Claude Abeille, sculpteur, membre de l'Académie des beaux-arts, Grande salle des séances de l'Institut de France, 28 novembre 2012, Une Journée à l'Académie des beaux-arts
Claude Abeille, sculpteur, membre de l’Académie des beaux-arts, Grande salle des séances de l’Institut de France, 28 novembre 2012, Une Journée à l’Académie des beaux-arts
© Canal Académie

Comme on m’a demandé de prendre la parole dans ce colloque, je le ferai comme sculpteur dans la pensée que mon parcours n’est pas très différent de celui de beaucoup de mes confrères et que je peux croire que dans une certaine mesure je parle d’eux aussi.

Je me suis trouvé au début de mon travail devant le choix à faire entre un art qui continuerait à essayer de rendre compte de la présence physique charnelle de l’homme et un autre art qui revendiquant une absolue liberté tentait de prolonger les découvertes de l’abstraction faites avant la guerre, celles de Kandinsky, Mondrian et d’autres artistes.

Je me souviens encore par exemple des expositions organisées par la galerie Denise René et de l’admiration que j’éprouvais pour beaucoup des œuvres exposées.

Sculptures de Claude Abeille de l'Académie des beaux-arts dans son atelier
Sculptures de Claude Abeille de l’Académie des beaux-arts dans son atelier

Mais d’un autre côté, j’étais conscient de ce que peut avoir d’arbitraire cette débauche de manipulations du langage plastique, à l’image des mouvements littéraires comme le structuralisme et autres remises en question de la langue qui finalement, mettaient entre parenthèse la question pourtant essentielle du sens.

En contrepartie je voyais bien la réalité très présente de l’œuvre de sculpteurs comme Giacometti Germaine Richier, Robert Couturier, qui n’ignorant rien des combats esthétiques du moment affirmaient avec force la pérennité de la sculpture. J’avais à l’esprit la réponse de Giacometti à André Breton qui lui avait demandé :

- André Breton : Que faites-vous en ce moment ?
- Giacometti : Je fais des têtes.
- André Breton : Mais tout le monde sait ce que c’est qu’une tête !
- Giacometti : Moi je ne sais pas !
Ce qui voulait dire : Qu’est-ce que l’homme ? Qu’est-ce que la nature ? Qui sommes-nous au juste ? La peinture et la sculpture sont des langages indissolublement liés au mystère de la réalité.
Toutefois comme j’avais le sentiment personnel d’une certaine usure de la représentation anatomique habituelle du corps humain, je pensais me servir plutôt de ce qui le cache, l’exalte, l’exprime, c’est-à-dire me servir de l’enveloppe, du vêtement, de notre peau sociale.
Ce parti qui est toujours le mien et qui a pu permettre à mes sculptures d’être un lointain écho des grands enthousiasmes textiles de la sculpture baroque, me permet aujourd’hui en serrant de plus près le corps de l’homme de m’interroger comme Giacometti et Couturier sur ce que nous voyons réellement de la réalité.

En constatant la très grande continuité que nous offre l’histoire de la sculpture montrant l’homme qui marche, c’est-à-dire l’homme en marche, c’est-à-dire l’homme en question, je vous propose une petite excursion au travers de quelques images que nous offrent musées et places publiques. Ceci devrait nous faire réfléchir et prendre nos distances avec cette manie contemporaine de privilégier les ruptures et les tables rases.

Texte de Claude Abeille

Sculpture de Claude Abeille de l'Académie des beaux-arts, Le Voyageur, bronze, 1997
Sculpture de Claude Abeille de l’Académie des beaux-arts, Le Voyageur, bronze, 1997

Claude Abeille a ensuite commenté une vidéo des sculptures qui comptent à ses yeux et que vous pouvez visionner en écoutant cette émission en cliquant sur le lien vidéo tout au bas de cet article. Vous pouvez la lancer et écoutez en même temps Claude Abeille commenter ces images.

Guy Boyer, modérateur des débats, Une Journée à l'Académie des beaux-arts, 28 novembre 2012
Guy Boyer, modérateur des débats, Une Journée à l’Académie des beaux-arts, 28 novembre 2012
© Canal Académie

Il vous invite à une excursion dans le monde de la sculpture sans lien chronologique entre les images mais qui ont toutes en commun de poser les questions que nous nous posons toujours sur l’existence. Comme il le rappelle à la fin de cette séquence : " Je m’attache aux œuvres qui me regardent." Celles qu’il nous présente sont des œuvres majeures de grands noms de la sculpture ou d’anonymes d’hier ou d’aujourd’hui. Il répond également aux remarques et aux questions de Guy Boyer suite à son intervention.


Pour en savoir plus

- François-Bernard Michel, initiateur de cette journée exceptionnelle sur le site de l’Académie des Beaux-arts
- Claude Abeille sur le site de l’Académie des beaux-arts

- Une journée à l’Académie des beaux-arts

Le mercredi 28 novembre, une journée de communications et de débats sur les rapports que l’Académie des beaux-arts entretient avec la création aujourd’hui s’est déroulée à l’initiative de François -Bernard Michel, président et membre de l’Académie dans la section des membres libres.

Retrouvez sur Canal Académie les émissions liées à cette journée du 28 novembre 2012 :
- Exceptionnel ! Partagez une Journée à l’ACADEMIE DES BEAUX-ARTS avec François-Bernard Michel
- Une Journée à l’Académie des Beaux-arts avec François-Bernard Mâche



Le Programme de le journée du 28 novembre 2012

Une journée à l’Académie des beaux-arts / Débats

- 9h30 Ouverture de la journée par Arnaud d’Hauterives, Secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts

- 10h « L’Académie des beaux-arts se présente » par Lydia Harambourg (correspondant de la section de peinture) et Robert Werner (correspondant de la section d’architecture)

- 14h30-17h « L’Académie des beaux-arts et la création aujourd’hui ». Débat animé par Guy Boyer, directeur de la rédaction de Connaissance des Arts, avec les interventions de :

- Claude Abeille, sculpteur, graveur, membre de la section de sculpture : « L’Homme qui marche ! »

- François-Bernard Mâche, compositeur, musicologue, membre de la section de composition musicale : « L’œuvre d’art est-elle obsolète ? »

- François Chaslin, critique d’architecture, correspondant de la section d’architecture : « L’architecture, entre coups d’éclats et éclatement »

- Bernard Perrine, photographe, éditeur associé du Journal de la Photographie, correspondant de la section photographie : « La photographie, entre modèle et banalité »

- Pierre Carron, peintre, membre de la section peinture : « Hier encore, que faire ? »

- 17h : Conclusion par le Professeur François-Bernard Michel, Président -de l’Académie des beaux-arts

Vidéo de Claude Abeille : "Excursion dans le monde de la sculpture", liée à l’émission : Une Journée à l’Académie des beaux-arts, avec le sculpteur Claude Abeille. Cette vidéo a été réalisée par Claude Abeille, membre de l’Académie des beaux-arts, pour accompagner sa communication prononcée le 28 novembre 2012 lors de ce colloque (copyright Claude Abeille).





Télécharger le lecteur flash pour voir cette vidéo.

© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires