Rechercher

Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

A savoir

“L’art des origines”.

Le dernier numéro de la Lettre de l’Académie vous propose une incursion dans un domaine aussi passionnant que mystérieux : l’art des origines. L’évocation de l’art paléolithique par des préhistoriens célèbres s’enrichit du point de vue d’artistes, compositeurs et penseurs contemporains sur l’émergence du phénomène esthétique. En savoir plus : www.academie-des-beaux-arts.fr.

En séance avec débat

En séance avec débat


Dernier ajout : jeudi 2 novembre 2017
Abonnez-vous en RSS Fil RSS de cette rubrique     Abonnez vous au podcast “ En séance avec débat ” Podcast de cette rubrique


Articles de cette rubrique

“Travailler à créer”

“Travailler à créer”

Communication de Pierre-Michel Menger, professeur au Collège de France. Séance du 4 octobre 2017.
M. Pierre-Michel Menger est sociologue, professeur au Collège de France, directeur d’études à l’Ecole des hautes études en sciences sociales. Ses travaux portent sur le monde l’art et de la création auquel il a consacré plusieurs ouvrages dont Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain (2009) et Portrait de l’artiste en travailleur. Métamorphoses du capitalisme (2003).

jeudi 2 novembre 2017

“Simplifier le droit pour libérer l'économie : la réforme est-elle possible ?”

“Simplifier le droit pour libérer l’économie : la réforme est-elle possible ?”

Communication de Maryvonne de Saint-Pulgent, conseillère d’Etat, correspondant de l’Académie des beaux-arts, devant l’Académie des sciences morales et politiques
Pour l’intervenante, la simplification du droit est un “devoir patriotique” qui fait consensus, surtout dans le domaine économique car, dans une économie ouverte, la complexité du cadre juridique français nuit à l’attractivité et à la compétitivité du pays. Dans ce contexte, la simplification du droit est devenue une promesse récurrente du discours politique français, sans effet tangible : le “choc de simplification” annoncé en 2013 ne s’est pas produit. Pour Maryvonne de Saint-Pulgent, qui s’appuie sur les exemples de pays voisins (Allemagne, Royaume-Uni...), une authentique réforme est possible, à condition que l’on en ait une conception réaliste et qu’on use d’une méthodologie appropriée. Cela suppose notamment un changement de culture normative, dans un pays où légiférer est communément perçu comme la solution à tous les problèmes. L’exposé montre que des avancées sont possibles, même si le chantier, par nature, ne sera jamais achevé car “il ne peut s’agir d’un choc, seulement d’un chemin de simplification, d’une montagne même qui ne peut être gravie que pas à pas”.

jeudi 26 octobre 2017

« Comment restaurer le leadership en Europe de notre agriculture et de nos industries agro-alimentaires ? »

« Comment restaurer le leadership en Europe de notre agriculture et de nos industries agro-alimentaires ? »

Communication de Lionel Fontagné, professeur à l’université Panthéon-Sorbonne
L’orateur a commencé par un triste constat : depuis 25 ans, la France n’a cessé de perdre des parts de marché en termes d’exportations de produits agricoles, que ce soit au niveau mondial (où son poids a décru de moitié) ou au niveau européen (où elle est désormais dépassée par les Pays-Bas et l’Allemagne). Ce recul n’est pas seulement dû aux progrès de la production au niveau mondial ; il s’explique aussi par une compétitivité en berne. La productivité, depuis 20 ans, subit une stagnation, qui tient à des facteurs complexes. Le coût du travail représente évidemment un handicap majeur, surtout dans des secteurs qui exigent une main-d’œuvre nombreuse. L’image des produits français est également en cause : leur certification, avec ses labels, n’est pas toujours lisible pour les consommateurs étrangers. Enfin, le fait que l’agriculture soit par ailleurs fortement subventionnée pose nécessairement la question de l’efficacité des politiques publiques en termes économiques, mais aussi sociaux et écologiques.

jeudi 19 octobre 2017

“Le travail indépendant : une alternative au salariat ?”

“Le travail indépendant : une alternative au salariat ?”

Communication de Bertrand Martinot, directeur général adjoint des services de la région Ile-de-France, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 18 septembre 2017.

mercredi 4 octobre 2017

“Quelles réformes pour assurer la compétitivité internationale de notre système d'enseignement supérieur et de recherche ?”

“Quelles réformes pour assurer la compétitivité internationale de notre système d’enseignement supérieur et de recherche ?”

Communication de Philippe Aghion, professeur au Collège de France, prononcée devant l’Académie des sciences morales et politiques, 28 juin 2017.

mercredi 27 septembre 2017

« Quelle politique de l'énergie pour assurer la compétitivité de notre économie, réduire notre dépendance extérieure et protéger l'environnement ? »

« Quelle politique de l’énergie pour assurer la compétitivité de notre économie, réduire notre dépendance extérieure et protéger l’environnement ? »

Communication de Jean-Paul Bouttes, chef économiste d’EDF, devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 3 juillet 2017.

lundi 17 juillet 2017

“Quelles réformes pour assurer la compétitivité internationale de notre système d'enseignement supérieur et de recherche ?”

“Quelles réformes pour assurer la compétitivité internationale de notre système d’enseignement supérieur et de recherche ?”

Communication de Philippe Aghion, professeur au Collège de France, devant l’Académie des sciences morales et politiques

jeudi 6 juillet 2017

“Quelles réformes pour assurer la compétitivité internationale de notre système d'enseignement supérieur et de recherche ?”

“Quelles réformes pour assurer la compétitivité internationale de notre système d’enseignement supérieur et de recherche ?”

Communication de Philippe Aghion, professeur au Collège de France, devant l’Académie des sciences morales et politiques

jeudi 6 juillet 2017

“L'économie collaborative peut-elle contribuer en France à la croissance économique, à la réduction des dépenses publiques, et à la création d'emplois ?”

“L’économie collaborative peut-elle contribuer en France à la croissance économique, à la réduction des dépenses publiques, et à la création d’emplois ?”

Communication d’Elisabeth Groshomme, fondatrice de Paradigmes et Caetera devant l’Académie des sciences morales et politiques

vendredi 30 juin 2017

“Quelles stratégies de défense et de sécurité face aux nouvelles menaces ?”

“Quelles stratégies de défense et de sécurité face aux nouvelles menaces ?”

Communication de M. Nicolas Baverez, essayiste, devant l’Académie des sciences morales et politiques

jeudi 22 juin 2017

“Comment encourager l’innovation en France pour créer des emplois et de la croissance ?”

Communication de Mme Anne Lauvergeon, président de la commission Innovation 2030, devant l’Académie des sciences morales et politiques

mercredi 7 juin 2017

Quelle fiscalité de l'épargne et du capital pour retenir en France l'épargne des Français et l'orienter vers les entreprises ?

Quelle fiscalité de l’épargne et du capital pour retenir en France l’épargne des Français et l’orienter vers les entreprises ?

Communication de Michel Didier, président de Coe-Rexecode devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 22 mai 2017

mardi 30 mai 2017

« Comment faire de la révolution digitale un moteur de la croissance et de l'emploi en France ? »

« Comment faire de la révolution digitale un moteur de la croissance et de l’emploi en France ? »

Communication de Thierry Breton, président-directeur général d’Atos, devant l’Académie des sciences morales et politiques

mercredi 24 mai 2017

« La régulation financière face à la mondialisation des acteurs et des marchés financiers »

« La régulation financière face à la mondialisation des acteurs et des marchés financiers »

Communication de Christian Schricke, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques

mercredi 17 mai 2017

« Le Tribunal international du droit de la mer »

« Le Tribunal international du droit de la mer »

Communication de Jean-Pierre Cot, juge au Tribunal international du droit de la mer, devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 7 novembre 2016.

mercredi 10 mai 2017

L'essor des services à la personne : une solution pour la réduction de notre chômage structurel ?

L’essor des services à la personne : une solution pour la réduction de notre chômage structurel ?

Communication de Michèle Debonneuil, inspecteur général des finances, devant l’Académie des sciences morales et politiques

vendredi 5 mai 2017

L'Art et la Nature

L’Art et la Nature

Intervention de Ségolène Royal, ministre de l’Environnement, de l’Energie et de la Mer, en charge des Relations internationales sur le climat devant l’Académie des beaux-arts lors de la séance plénière du mercredi 5 avril 2017.

vendredi 5 mai 2017

Quelle réforme du Code du travail pour améliorer la compétitivité et la croissance de l'économie et réduire le chômage ?

Quelle réforme du Code du travail pour améliorer la compétitivité et la croissance de l’économie et réduire le chômage ?

Communication de Gilbert Cette, adjoint au directeur général des études et des relations internationales de la Banque de France, professeur associé à la faculté de sciences économiques de l’université d’Aix-Marseille prononcée devant l’Académie des sciences morales et politiques.

mercredi 5 avril 2017

« Comment réduire le mille-feuille territorial et les dépenses des collectivités locales ? »

« Comment réduire le mille-feuille territorial et les dépenses des collectivités locales ? »

Communication prononcée par Agnès Verdier-Molinié, directrice de la Fondation iFRAP (Institut pour la recherche sur les administrations et les politiques publiques)

mercredi 29 mars 2017

« Comment obtenir la meilleure qualité des soins sans obérer le financement de l’assurance maladie ? »

Conférence prononcée devant l’Académie des sciences morales et politiques par Guy Vallancien, urologue, professeur honoraire à l’Université Paris-Descartes, membre de l’Académie de médecine

mercredi 22 mars 2017

« Comment assurer rapidement et durablement l'équilibre et l'équité de nos systèmes de retraite ? »

« Comment assurer rapidement et durablement l’équilibre et l’équité de nos systèmes de retraite ? »

Communication de M. Philippe Trainar, directeur de l’École nationale d’assurance et titulaire de la chaire Assurance du CNAM, devant l’Académie des sciences morales et politiques

jeudi 16 mars 2017

« La culture européenne existe-t-elle ? »

« La culture européenne existe-t-elle ? »

Conférence de Julia Kristeva, psychanalyste et philosophe, prononcée à l’Académie des sciences morales et politiques

mercredi 15 mars 2017

« Comment revaloriser la filière professionnelle et l'apprentissage dans l'esprit des enseignants, des familles et des élèves ? »

« Comment revaloriser la filière professionnelle et l’apprentissage dans l’esprit des enseignants, des familles et des élèves ? »

Communication de Jean-Michel Blanquer, directeur général du groupe Essec, devant l’Académie des sciences morales et politiques

mercredi 8 mars 2017

« Le Vatican et le Saint-Siège dans la vie internationale. »

« Le Vatican et le Saint-Siège dans la vie internationale. »

Communication prononcée devant l’Académie des sciences morales et politiques par Philippe Levillain, membre de l’Académie.

jeudi 2 mars 2017

« Comment réduire drastiquement le nombre de jeunes français qui sortent de notre système éducatif avec un niveau très insuffisant ? ».

« Comment réduire drastiquement le nombre de jeunes français qui sortent de notre système éducatif avec un niveau très insuffisant ? ».

Communication donnée le 6 février par Christian Forestier, ancien administrateur général du CNAM, devant l’Académie des sciences morales et politiques.

mercredi 15 février 2017

« Comment réorganiser notre système de prélèvements obligatoires pour améliorer rapidement et durablement la compétitivité de notre économie et de notre territoire et réduire notre chômage, à pression fiscale inchangée ? ».

« Comment réorganiser notre système de prélèvements obligatoires pour améliorer rapidement et durablement la compétitivité de notre économie et de notre territoire et réduire notre chômage, à pression fiscale inchangée ? ».

Communication de M. Henri de Castries, président de l’Institut Montaigne en séance publique de l’Académie des sciences morales et politiques

jeudi 9 février 2017

“La vie de l'esprit en Pologne sous le communisme (1945-1989)”

“La vie de l’esprit en Pologne sous le communisme (1945-1989)”

Conférence de M. Krzysztof Pomian, historien et philosophe, devant l’Académie des sciences.

mercredi 1er février 2017

Comment ramener rapidement notre chômage structurel au niveau de celui de l'Allemagne et du Royaume-Uni ?".

Comment ramener rapidement notre chômage structurel au niveau de celui de l’Allemagne et du Royaume-Uni ?".

Communication de M. Pierre Cahuc, professeur à l’École polytechnique, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques.

mercredi 25 janvier 2017

“La question ukrainienne et les convoitises russes”

“La question ukrainienne et les convoitises russes”

Conférence de M. Constantin Sigov, prononcée le 21 novembre 2016 à l’Institut de France dans le cadre du cycle “La vie de l’esprit dans l’Europe du centre-est depuis 1945”

mercredi 25 janvier 2017

“Quelles sont les réformes indispensables et urgentes pour rapprocher rapidement et durablement nos performances de celles de l'Allemagne”

“Quelles sont les réformes indispensables et urgentes pour rapprocher rapidement et durablement nos performances de celles de l’Allemagne”

Communication de Denis Kessler, économiste en séance de l’Académie des sciences morales et politiques

mercredi 18 janvier 2017

« Le 11 septembre 2001 et ses suites »

« Le 11 septembre 2001 et ses suites »

Communication de Jean-David Levitte, membre de l’Académie des Sciences morales et politiques

mercredi 11 janvier 2017

« La justice pénale internationale »

« La justice pénale internationale »

Communication de Bruno Cotte, membre de l’Académie, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 5 décembre 2016.

jeudi 22 décembre 2016

"Le Québec et le droit international".

"Le Québec et le droit international".

Communication de M. Daniel Turp, professeur à l’Université de Montréal, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 30 mai 2016

lundi 6 juin 2016

“Les frontières maritimes de la France”

“Les frontières maritimes de la France”

Communication de M. Jean-François Dobelle, ambassadeur de France en Norvège en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 23 mai 2016

vendredi 27 mai 2016

“1816 : Girodet et la renaissance de l'Académie des beaux-arts”

“1816 : Girodet et la renaissance de l’Académie des beaux-arts”

Communication de Mme Lemeux-Fraitot, prononcée dans le cadre de la célébration du bicentenaire de l’Académie des beaux-arts

lundi 25 avril 2016

« Le juge français et le droit international »

« Le juge français et le droit international »

Communication de Bernard Stirn, président de la section du contentieux du Conseil d’Etat.

mardi 29 mars 2016

« Le droit de la famille et la mondialisation »

« Le droit de la famille et la mondialisation »

Communication d’Hélène Gaudemet-Tallon, professeur émérite à l’université de Panthéon-Assas.

mercredi 16 mars 2016

« La Cour de justice de l'Union européenne »

« La Cour de justice de l’Union européenne »

Communication de Jean-Claude Bonichot, juge à la Cour de justice de l’Union européenne, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques

mardi 23 février 2016

« Peindre en vert au fil des siècles, un exercice difficile ? »

« Peindre en vert au fil des siècles, un exercice difficile ? »

Communication de M. Michel Pastoureau,à l’Académie des beaux-arts

jeudi 11 février 2016

« L'organisation mondiale du commerce et le droit ».

« L’organisation mondiale du commerce et le droit ».

Communication de Pascal Lamy, ancien directeur de l’Organisation mondiale du commerce

mercredi 3 février 2016

« La moralité et le marché »

« La moralité et le marché »

Conférence de Jean Tirole, Prix Nobel d’Économie, à l’Académie des sciences morales et politiques, le 11 janvier 2016.

jeudi 14 janvier 2016

« L'autorité, obstacle ou condition de la réforme »

« L’autorité, obstacle ou condition de la réforme »

Communication de Ramine Kamrane, chercheur au Centre d’histoire des systèmes de pensée moderne (CHSPM) en séance de l’Académie des sciences morales et politiques.

vendredi 6 novembre 2015

« La création sans le créationnisme ».

« La création sans le créationnisme ».

Communication de Paul Clavier, Maître de conférences en philosophie à l’École normale supérieure, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques.

vendredi 2 octobre 2015

« Religion et politique en islam »

« Religion et politique en islam »

Communication de Rémi Brague, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, lundi 21 septembre 2014.

vendredi 25 septembre 2015

« Sunnites et Chiites aux origines de l'orage »

« Sunnites et Chiites aux origines de l’orage »

Communication de Mohamed Ali Amir-Moezzi, directeur d’études à l’EPHE, en séance de Académie des sciences morales et politiques.

mercredi 15 juillet 2015

« La laïcité en France »

« La laïcité en France »

Communication de Jean Baubérot, président d’honneur de l’École pratiques des hautes études (EPHE), en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 8 juin 2015.

mercredi 17 juin 2015

« Persécutions contre les chrétiens au Moyen-Orient »

« Persécutions contre les chrétiens au Moyen-Orient »

Communication du Père Pascal Gollnisch, directeur général de L’Œuvre d’Orient en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 1er juin 2015.

lundi 8 juin 2015

“Les États européens et les sectes”

“Les États européens et les sectes”

Communication de Jean-François Mayer, directeur de l’Institut Religioscope, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques.

vendredi 22 mai 2015

« La religion de sortie de la religion »

« La religion de sortie de la religion »

Communication de Marcel Gauchet, philosophe et historien, directeur d’études à l’EHESS, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques.

mercredi 8 avril 2015

« Géopolitique de l'Évangélisme »

« Géopolitique de l’Évangélisme »

Communication de Sébastien Fath, chercheur au CNRS, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques.

mercredi 1er avril 2015

“Judaïsme : rite et intégration”

“Judaïsme : rite et intégration”

Communication d’Haïm Korsia, Grand Rabbin de France, membre de l’Académie des sciences morales et politiques

vendredi 20 mars 2015

« La situation des religions en Chine »

« La situation des religions en Chine »

Communication de Vincent Goossaert, directeur d’études en sciences religieuses à l’EPHE, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques.

vendredi 13 mars 2015

“Proust et la peinture”

“Proust et la peinture”

Communication de Jean-Yves Tadié, professeur émérite à la Sorbonne, en séance de l’Académie des beaux-arts.

vendredi 13 mars 2015

“Médias : un pouvoir sans contre-pouvoir ?”

“Médias : un pouvoir sans contre-pouvoir ?”

Communication de François d’Orcival et Alain Duhamel en séance de l’Académie des sciences morales et politiques

vendredi 6 mars 2015

« La religion comme critique des théologies sauvages »

« La religion comme critique des théologies sauvages »

Communication de Pierre CAYE, directeur de recherche au CNRS, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques

mercredi 11 février 2015

« La religion des hommes de la Préhistoire »

« La religion des hommes de la Préhistoire »

Communication de M. Yves Coppens, paléontologue et paléoanthropologue en séance de l’Académie des sciences morales et politiques.

vendredi 30 janvier 2015

« La fin de la chrétienté »

« La fin de la chrétienté »

Communication de Thierry-Dominique Humbrecht O.P., professeur de théologie et de philosophie, devant l’Académie des sciences morales et politiques.

vendredi 23 janvier 2015

« Les humanités et les sciences humaines. »

« Les humanités et les sciences humaines. »

Communication de Xavier Darcos, secrétaire perpétuel de l’Académie
Retraçant l’histoire des humanités depuis l’Antiquité gréco-romaine et celle, beaucoup plus récente, des sciences humaines, l’orateur a vanté l’utilité supra-disciplinaire des premières et déploré leur étiolement actuel tout en concluant : « Conçues dès l’Antiquité comme un cheminement vers l’humain, pensées à la Renaissance comme une propédeutique indispensable à toute spécialisation ultérieure, repensées au XIXe siècle comme un lien culturel entre les générations et un élément potentiel d’unité de la société démocratique, les humanités avaient aussi d’autres vertus : elles donnaient la faculté d’exprimer sa pensée par la maîtrise de l’expression verbale et écrite ; elles avaient une valeur européenne et non seulement nationale ; elles portaient une éducation morale ; elles apprenaient à prendre ses distances vis-à-vis du monde présent et donc à résister aux modes comme aux idéologies ; elles formaient au sens critique et au discernement : c’est-à-dire tout ce à quoi la démocratie aspire le plus aujourd’hui. »

jeudi 8 janvier 2015

« Problème actuel de la science historique »

« Problème actuel de la science historique »

Communication de Georges-Henri Soutou, de l’Académie des sciences morales et politiques, le 20 octobre 2014.

mardi 9 décembre 2014

« Le droit, entre morale et économie »

« Le droit, entre morale et économie »

Communication de Dominique Terré, chargée de recherche au CERSES, devant l’Académie des sciences morales et politiques, le 7 juillet 2014.
L’oratrice a notamment démontré que les 3 termes du titre de sa communication ne se présentaient nullement sous la forme statique d’un triptyque, mais au contraire dans un rapport dynamique, « la morale, force de la liberté, et l’économie, force de la nécessité » exerçant respectivement sur le droit une tension, alors que celui-ci « connaît une très grande expansion liée à une forte poussée éthique qui vient comme compenser l’instrumentalisation dont il est l’objet dans le cadre compétitif de la mondialisation et du marché. »

vendredi 11 juillet 2014

« La prévision dans les sciences morales et politiques »

« La prévision dans les sciences morales et politiques »

Communication de Thierry de Montbrial, membre de l’Académie des sciences morales et politiques lors de la séance du 2 juin 2014.
Afin de cerner la question délicate de la prévision, l’orateur s’est référé au texte de Pascal sur l’esprit de géométrie et l’esprit de finesse pour développer la thèse selon laquelle « l’analyse et la prévision, prises comme un tout, sont un art dont la pratique suppose toujours une combinaison d’esprit de géométrie et d’esprit de finesse, dans des proportions variables en fonction de la nature du problème traité. » Une conviction notamment étayée par l’exemple de la prévision en économie, discipline dans laquelle « la tendance n’est plus à la recherche d’une grande théorie unificatrice, mais à la constitution et l’utilisation de petits modèles où l’intuition et le "jugement", donc la finesse, jouent le rôle prépondérant. » Pour l’orateur, il convient de se garder de placer une confiance exagérée dans “l’approche géométrique” pour s’attacher plutôt aux « personnages les plus remarquables de l’histoire, de l’entreprise, de la finance, de la religion, de la criminalité » qui tous ont tous fait la preuve d’une « capacité unique de voir et d’anticiper des situations complexes, c’est-à-dire échappant à l’esprit de géométrie, d’une capacité à changer le monde ».

jeudi 19 juin 2014

"Histoire et politique"

"Histoire et politique"

"Histoire et politique" Communication de M. Jean Tulard, membre de l’Académie des sciences morales et politiques lors de la séance du 2 juin 2014
"L’historien ne se trompe jamais ou du moins rarement ; l’homme politique se trompe souvent, en tout cas parfois. C’est la différence entre l’histoire, une science exacte, et la politique, un art incertain, […] L’historien ne se trompe pas car il est le prophète du passé. Il décrit les événements d’hier. […] Le politique, lui, fait l’histoire, se trouve confronté au présent et doit prévoir l’avenir. Quelle voie choisir ? S’il se trompe, outre les conséquences d’une mauvaise décision, l’erreur sera relevée par l’historien et transmise par ses soins à la postérité. Le politique peut-il l’accepter ?" a expliqué l’historien. Et de poursuive, comme en réponse à cette interrogation, en estimant que "le fait nouveau de la fin du XXe siècle, c’est la loi par laquelle le politique impose sa vérité à l’historien." Un constat que ce spécialiste de Napoléon a, outre les "lois mémorielles", étayé par "le bicentenaire de la naissance de Napoléon en 1969 [qui] se passe dans un relatif consensus, le parti communiste citant Marx qui voyait en Napoléon le destructeur de la féodalité", alors qu’il n’en est plus de même aujourd’hui, avec "le refus officiel en 2005 de célébrer Austerlitz, la disparition des programmes d’histoire… La raison ? Bonaparte a rétabli l’esclavage en 1802."

mercredi 11 juin 2014

“La géographie, science morale et politique”

“La géographie, science morale et politique”

Communication de Jean-Robert Pitte, membre de l’Académie des sciences morales et politiques, lors de la séance du 19 mai 2014.
Géographe, l’orateur a retracé l’évolution et l’histoire de sa discipline avant de s’employer à définir le domaine de compétence de la géographie et à en montrer l’utilité. « La géographie, a-t-il expliqué, s’intéresse à l’espace et au territoire qui sont des aspects fondamentaux de la réalité terrestre. Elle étudie les localisations, les répartitions et les frontières qui limitent les objets naturels et les artefacts, les êtres, les idées et les représentations quels qu’ils soient. L’ensemble est mobile dans le temps. La géographie est la seule à répondre à la question : pourquoi ici et non là ? » La géographie a donc vocation à servir la cité et à éclairer les choix collectifs, notamment aujourd’hui, alors que « l’humanité dispose d’une capacité de plus en plus grande à utiliser à son service le règne minéral, végétal et animal ». En effet, « seules les connaissances géographiques permettent de transformer la terre de manière harmonieuse et de la conduire de manière aussi durable que possible, bien que ce concept de durabilité, si ressassé aujourd’hui, soit plus que contestable. À mesure que la géographie se construit, elle met de plus en plus en doute la détermination des actions humaines par l’environnement. Elle ne nie pas l’influence de celui-ci, mais elle observe le déploiement d’imagination des sociétés au cours de leur histoire pour le connaître, le maîtriser, en tirer profit, le transformer parfois radicalement. » Des remarques qui dessinent une vision équilibrée du rôle de cette discipline. En effet, si « les géographes ne croient pas aux prophéties autoréalisatrices et millénaristes fondées sur la désespérance , » ils savent en revanche que « l’ignorance en général et, particulièrement l’ignorance géographique, est une arme de destruction massive ».

mardi 27 mai 2014

« Tableau raisonné des sciences morales et politiques »

Communication de Jean Baechler en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 12 mai 2014.
L’orateur est parti du constat d’un « pullulement des sciences anthropologiques dont la justification n’apparaît pas au premier regard : histoire, philosophie, sociologie, ethnologie, archéologie, psychologie, suicidologie, politologie, polémologie, économie politique, démographie, ludologie, philologie, criminologie, linguistique, science cognitive, science de la communication, de l’éducation, de l’alimentation, sinologie, indologie, égyptologie, etc. ». Faut-il alors établir un tableau raisonné des sciences anthropologiques ? Ce n’est pas l’avis de Jean Baechler qui a démontré, d’une part, que philosophie, histoire et sociologie constituent le socle premier des sciences de l’humain et, d’autre part, que « l’humain s’inscrit dans un espace à 4 dimensions : biologique, culturelle, anthropique (indispensable à la transition du virtuel à l’actuel) et psychique (qui procure à l’anthropique les ressources indispensables à l’effectuation anthropique. Il s’agit de la sensibilité appuyant la volonté éclairée par l’intelligence). » Une approche qui « condamne tout réductionnisme et tout dualisme » et souligne que « chaque dimension peut et doit devenir objet d’enquête scientifique ».

lundi 19 mai 2014

"Le rôle des mathématiques dans les sciences humaines"

"Le rôle des mathématiques dans les sciences humaines"

Communication de Philippe Mongin, professeur à HEC, directeur d’études au CNRS
Dans cette communication, prononcée en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, l’orateur s’est placé dans une perspective historique en évoquant les contributions de Quesnay et de Condorcet. Après avoir montré par trois exemples le rôle fondamental que les mathématiques revêtaient en sciences humaines, il a conclu par une citation de Claude Lévi-Strauss déclarant en 1955 : "Si les sciences sociales doivent devenir véritablement des sciences,et, pour parler court, si elles doivent continuer d’exister d’ici vingt ans, il est indispensable qu’une réforme soit opérée de toute urgence. On peut, dès aujourd’hui, être certain que les jeunes spécialistes de sciences sociales devront désormais posséder une solide et moderne formation mathématique, sans quoi ils seront balayés de la scène scientifique."

mercredi 30 avril 2014

Sur la recherche en psychiatrie

Sur la recherche en psychiatrie

Communication de Mme Anne Fagot-Largeault, psychiatre, professeur au Collège de France et membre de l’Académie des sciences.
Dans cette communication, prononcée en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, Anne Fagot-Largeault a brossé une vaste fresque historique de l’essor de la psychiatrie. Elle a notamment identifié identifié quatre étapes de « la psychiatrie sur la voie de la science ». À l’époque de Freud s’établit une tension entre deux modèles psychiatriques : le modèle objectiviste, organique qui voit dans des lésions cérébrales la cause des troubles, et le modèle fonctionnel qui voit cette même cause dans des phénomènes psychiques. Après la seconde guerre mondiale, entre 1949 et 1959, la découverte inattendue des médicaments psychiatriques donne naissance à la psychiatrie biologique. Celle-ci reste cependant « minoritaire à côté de la psychiatrie humaniste, anthropologique, qui procède par études de cas en recourant au vocabulaire de la phénoménologie ». Dans la seconde partie du XXe siècle se produit, selon les termes de l’oratrice, une « dérive », tout d’abord avec l’abandon du modèle asilaire, puis avec l’avènement de l’anti-psychiatrie qui voit dans la maladie une pure construction sociale. Après ces excès se dessinent toutefois dans les années 1980 les prodromes d’une démarche véritablement scientifique de la psychiatrie.

jeudi 24 avril 2014

« Préserver le patrimoine en temps de guerre : l'expérience de 1914-1918 »

« Préserver le patrimoine en temps de guerre : l’expérience de 1914-1918 »

Communication présentée par Mme Anne Labourdette, Directrice du Musée de la Chartreuse de Douai, en séance de l’Académie des beaux-arts, le 2 avril 2014.
Lors de cette communication, présentée conjointement avec Mesdames Christina Kott et Gaëlle Pichon-Meunier, commissaires scientifiques de l’exposition « Sauve qui veut. Des musées mobilisés, 1914-1918 », Anne Labourdette a présenté les enjeux et les modalités délicates de la protection du patrimoine et singulièrement des œuvres d’art lors de la Grande Guerre. Pour en savoir plus sur cette thématique et cette exposition, il est également possible de consulter le site du Musée de la Chartreuse de Douai (http://www.museedelachartreuse.fr/spip.php ?article526).

jeudi 10 avril 2014

« Les sciences cognitives sauront-elles naturaliser les sciences humaines ? »

« Les sciences cognitives sauront-elles naturaliser les sciences humaines ? »

Communication de Daniel Ander professeur de philosophie des sciences et de théorie de la connaissance à l’Université Paris-Sorbonne, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques. À l’occasion de cette communication, le professeur Ander s’est tout d’abord appliqué à circonscrire les sciences cognitives qui « ne sont pas clairement identifiées. Se confondent-elles avec les neurosciences […] ? avec la psychologie du développement […] ? avec l’intelligence artificielle […] ? Reprennent-elles simplement, avec des outils plus raffinés, l’ordre du jour traditionnel de la psychologie et se ramènent‐-elles en fin de compte à identifier certaines constantes du fonctionnement mental de l’être humain ? Ont‐-elles partie liée avec l’innéisme ? » À ces questions, il a répondu qu’elles étaient « un peu tout cela à la fois », et qu’elles entendaient « s’emparer de la vie mentale dans leur entièreté [et] à construire une science naturelle du mental, sans respecter quelque frontière traditionnelle que ce soit. »

vendredi 4 avril 2014

« Les sciences morales et politiques dans la culture anglo-saxonne »

« Les sciences morales et politiques dans la culture anglo-saxonne »

Communication de Pierre Demeulenaere, professeur à l’université Paris-Sorbonne lors de la séance du 17 mars 2014 de l’Académie des sciences morales et politiques.
S’il estime qu’il n’existe pas, à proprement parler de culture anglo-saxonne des sciences morales et politiques, l’orateur estime toutefois qu’« une idée centrale qui peut caractériser le développement des sciences morales et politiques en milieu anglo-saxon » : « l’effort pour considérer que les sciences morales et politiques – ou, plus tard, les sciences sociales – sont des sciences et qu’à ce titre, elles relèvent du discours scientifique ordinaire. » Il souligne ainsi que dans son Traité de la nature humaine de 1754 » David Hume considère que la « science of man » doit être empirique et informée par une connaissance expérimentale de la réalité humaine et sociale. Si bien qu’il « se réfère au modèle newtonien pour essayer d’avoir des résultats analogues à ceux obtenus dans le cadre des sciences de la nature ».

jeudi 20 mars 2014

« Y a-t-il un équivalent allemand aux “sciences morales et politiques” »

« Y a-t-il un équivalent allemand aux “sciences morales et politiques” »

Communication de Karlheinz Stierle, correspondant de l’Académie des sciences morales et politiques (section Philosophie) lors de la séance du 10 février 2014.

jeudi 13 février 2014

« Les sciences morales et politiques selon Cournot »

« Les sciences morales et politiques selon Cournot »

Communication de Bertrand Saint-Sernin, professeur de philosophie et spécialiste de l’histoire des sciences, lors de la séance du 20 janvier 2014 de l’Académie des sciences morales et politiques.
Après avoir rappelé qui fut Cournot (1801-1877), mathématicien, économiste, philosophe, recteur d’académie, l’orateur s’est attaché à présenter la conception des sciences morales et politiques qui était la sienne. Il a notamment retenu sept points susceptibles d’illustrer l’actualité de Cournot : « 1° Les crises rénovatrices des sciences sont les seules crises rénovatrices de la philosophie ; 2° L’action humaine change la Terre et peut l’altérer irréversiblement ; 3° La nature n’est pas saturée : on peut y introduire des corps et des processus nouveaux ; 4° Le hasard n’est pas seulement le corrélat de notre ignorance : il est constitutif de l’univers ; 5° L’exploration scientifique de l’univers se réalise en recourant à des clés de décryptement successives, de plus en plus pénétrantes et englobantes : les changements de clé constituent des “révolutions scientifiques” ; 6° Les institutions, en particulier celles de l’Instruction publique, ont un double statut. À court terme, elles sont administratives ; à long terme, elles modèlent la vie sociale et sont politiques ; 7° Il y a une différence entre décider en temps ordinaire et décider en temps de crise. » Autant d’observations qui, bien sûr, éclairent singulièrement les enjeux des temps présents.

mercredi 5 février 2014

« La moralisation de la vie politique »

« La moralisation de la vie politique »

Communication de Renaud Denoix de Saint Marc, membre du Conseil constitutionnel, ancien Vice-président du Conseil d’État, lors de la séance du 20 janvier 2014 de l’Académie des sciences morales et politiques.
Il est bien sûr légitime d’exiger que les représentants du peuple soient exemplaires dans leur action. Comme le rappelle Renaud Denoix de Saint Marc, la la Constitution de l’An I précisait déjà que « Les délits des mandataires du peuple et de ses agents ne doivent jamais rester impunis. Nul n’a le droit de se prétendre plus inviolable que les autres citoyens. » Toutefois, ne faut-il pas aussi se méfier des possibles dérives entraînées par la passion contemporaine pour la « transparence » ? L’orateur en est, sa part, convaincu : « Si la transparence devient une fin en soi, on exigera de chaque responsable qu’il se justifie de toute décision qu’il s’apprête à prendre et cela non point en établissant la pertinence du but qu’il poursuit, mais en prouvant qu’il ne peut en retirer aucun avantage, même indirect. Un régime juridique simplement répressif se borne à punir les manquements avérés à la règle. Un régime préventif tend vers le soupçon et l’inquisition. Par là-même, il n’est pas particulièrement apte à établir un lien de confiance ». Un exposé limpide en forme de mise en garde.

mardi 28 janvier 2014

“La politisation éthique de la morale”.

“La politisation éthique de la morale”.

Communication de Didier Sicard, professeur de médecine à Paris-Descartes, ancien président du Comité consultatif national d’éthique, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 14 janvier 2014.
Dans cette intervention dépourvue de langue de bois, le professeur Sicard a déploré les mouvements conjoints de remplacement de la morale par l’éthique et de dévoiement des finalités de l’éthique sous l’influence des politiques. « Le politique devrait demander à l’éthique un éclairage sur les enjeux plutôt que de s’en servir pour encadrer par des lois les conduites à tenir », estime-t-il. Et de déplorer aussi que l’éthique se voit conférer un statut alors qu’elle ne vit « que de résistance au conformisme, aux situations acquises et aux questionnements, fussent-ils inattendus. Elle est là pour éclairer la complexité des problèmes, pour contribuer à la réflexion collective. Elle ne détient ni pouvoir ni vérité, pas plus qu’elle n’est une expertise qui donnerait la voie à suivre. »

mardi 21 janvier 2014

“L'institution académique des sciences morales et politiques”

“L’institution académique des sciences morales et politiques”

Communication de Gabriel de Broglie, membre de l’Académie française et Chancelier de l’Institut de France
Après avoir présenté une fresque historique très complète de la genèse et de l’évolution de l’Académie, le Chancelier de l’Institut a souligné, à l’occasion de cette première séance présidée par Bernard Bourgeois – qui succède à Bertrand Collomb à la présidence de l’Académie des sciences morales et politiques -, le rôle crucial joué par les sciences morales et politiques dans l’histoire des sociétés humaines : “les sciences morales et politiques se tiennent à l’interface entre les sciences de l’homme et les progrès scientifiques. Les sciences de l’homme ont sans doute abandonné leurs prétentions et leur position de supériorité antérieures et laissé dans bien des cas le progrès scientifique dominer les relations sociales et même la vie intellectuelle. [...] Mais la position centrale des sciences morales et politiques demeure. Elle leur permet de poser les questions d’éthique et contribuer à définir, avec les scientifiques, les limites de la science.” Et de conclure en déclarant que “quelle que soit son immensité, cette tâche revient, par tradition historique et par vocation à l’Académie des sciences morales et politiques”.

mardi 14 janvier 2014

“Lafarge, un groupe français leader dans un monde qui change”

“Lafarge, un groupe français leader dans un monde qui change”

Communication de Bruno Lafont, PDG de Lafarge, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 9 décembre 2013
Leader mondial pour les matériaux de construction, implanté dans 64 pays, employant 65000 salariés et réalisant un chiffre d’affaires de plus de 15 milliards d’euros, le Groupe Lafarge est l’un des symboles de la France qui gagne dans la mondialisation. Une réussite que son PDG attribue notamment à la volonté de toujours “anticiper les évolutions profondes du monde dans lequel nous vivons”. En termes de prospective, il a ainsi souligné l’avènement probable d’un monde plus peuplé (9 milliards d’humains en 2050) plus divers (puissances émergentes), plus global (interconnexion à croissance exponentielle), mais paradoxalement aussi plus local (perte de pouvoir des États centraux), plus chaud (changement climatique) et plus urbanisé.

lundi 6 janvier 2014

« La France face aux dilemmes actuels de l'enseignement supérieur dans le monde »

« La France face aux dilemmes actuels de l’enseignement supérieur dans le monde »

Communication de Catherine Paradeise, professeur émérite à l’Université Paris Est en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 25 novembre 2013.

mardi 10 décembre 2013

“Comment Radiall est devenu leader mondial”

“Comment Radiall est devenu leader mondial”

Communication de M. Pierre Gattaz, président du directoire de Radiall, président du Medef, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 21 octobre 2013.
Après avoir rappelé que Radiall avait été créée en 1952 par son père Yvon Gattaz et son oncle Lucien Gattaz, l’orateur a examiné les causes du succès de cette entreprise familiale devenue, en quelques décennies, le leader mondial en connectique aéronautique. “Il y a là la quintessence de l’excellence opérationnelle française, de la créativité française et de l’économie mondialisée assumée - qui créent de l’emploi en France”, a souligné Pierre Gattaz, en insistant sur la nécessité de ne plus percevoir la mondialisation comme une menace mais comme une opportunité à saisir. Une posture combative qui nécessite toutefois de prendre la mesure de cette compétition en libérant les entreprises françaises des lourdeurs réglementaires et fiscales qui, trop souvent, les désavantagent par rapport à leurs concurrentes étrangères.

mardi 12 novembre 2013

"L'attitude des Français face au travail"

"L’attitude des Français face au travail"

Communication de Mme Dominique Méda, inspectrice générale des Affaires sociales en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 14 octobre 2013.
Sur fond de mise en place des 35 heures, on entend souvent dire que les Français n’aimeraient pas ou plus le travail, qu’ils aspireraient surtout à davantage de loisirs et que cette propension expliquerait la baisse de notre compétitivité par rapport à certains de nos partenaires. Pour Dominique Méda, ce cliché n’a aucun fondement dans la réalité. En s’appuyant sur de nombreuses études internationales, elle démontre en effet que les Français sont, parmi les Européens, les plus attachés à la valeur travail. Alors que d’autres y voient essentiellement un moyen de gagner leur vie, nos compatriotes y voient davantage encore un moyen de s’épanouir, de nouer des relations et d’exprimer ses talents. D’où une nécessité : revoir nos modes de management de façon à répondre à ces attentes et renforcer ainsi d’un même mouvement le bonheur au travail et l’engagement des salariés.

lundi 28 octobre 2013

“Les singularités du marché français du travail”

“Les singularités du marché français du travail”

Communication de Françoise Gri, Directrice générale du Groupe Pierre & Vacances - Center Parcs, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le 23 septembre 2011.
Analysant les difficultés de la France à s’adapter aux grandes tendances qui affectent le marché du travail, François Gri a défendu l’idée que “le blocage vient aujourd’hui de la mauvaise explication de la marche de la mondialisation et de sa prise de conscience comme étant un fait et non une option, par une opinion publique qui n’est pas préparée à des réformes plus fondamentales. La question est maintenant : comment rattraper le temps perdu et amener les esprits à l’acceptation de nouvelles règles, parfois en rupture, tout en gardant la confiance en l’avenir ?”

lundi 21 octobre 2013

“La cuisine française dans le monde”

“La cuisine française dans le monde”

Communication d’Alain Ducasse en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le lundi 7 septembre 2013
En France, impossible de parler de vin sans évoquer aussi la gastronomie. L’un ne va pas sans l’autre et inversement. Mais aujourd’hui, dans une “scène culinaire contemporaine globalisée, multipolaire et concurrentielle”, quelle est encore la place de la gastronomie française ? Et quels défis devra-t-elle relever pour conserver son rang ? Réponse avec le célèbre chef cuisinier Alain Ducasse.

lundi 21 octobre 2013

“Axa, leader mondial de l'assurance”

“Axa, leader mondial de l’assurance”

Communication d’Henri de Castries, PDG d’Axa, en séance de l’Académie des sciences morales et politiques, le lundi 30 septembre 2011
Alors que les Français doutent souvent de leur capacité à relever les défis de la mondialisation, il n’est pas inutile d’analyser les ressorts de “la formidable croissance d’Axa qui, en quelques années, est devenu le numéro 1 mondial de l’assurance, avec 160000 collaborateurs opérant dans 57 pays”. Car, comme l’a précisé Henri de Castries, les entreprises “contribuent au rayonnement du pays et à son développement”.

lundi 21 octobre 2013