Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


Lévi-Strauss au Collège de France raconté par Philippe Descola

Son dernier thésard a repris la direction du laboratoire d’anthropologie sociale

Dernier thésard du grand maître, Philippe Descola rend hommage à Claude Lévi-Strauss dont nous fêtons en 2008 le centenaire de la naissance. De l’homme public à l’homme privé, Philippe Descola dresse le portrait des diverses influences d’un anthropologue-philosophe dont l’oeuvre a révolutionné notre regard sur le monde.


Bookmark and Share

Au début de l'année 2005, Claude Lévi-Strauss, de l'Académie française, déclarait lors d'une de ses rares apparitions à la télévision française : « Ce que je constate : ce sont les ravages actuels ; c'est la disparition effrayante des espèces vivantes, qu'elles soient végétales ou animales ; et que du fait même de sa densité actuelle, l'espèce humaine vit sous une sorte de régime d'empoisonnement interne - si je puis dire - et je pense au présent et au monde dans lequel je suis en train de finir mon existence. Ce n'est pas un monde que j'aime. »

Pour Philippe Descola, « Claude Lévi-Strauss a été pionnier dans l'utilisation des moyens documentaires. Il est à l'origine de l'implantation d'un fichier de données sur des sociétés partout dans le monde, ce qui permet de faire des croisements sur certains systèmes de filiation. C'est un outil documentaire très utile. »

L'ethnologue, anthropologue et philosophe français quitte la France en 1941 pour se réfugier à New-York, alors haut lieu de bouillonnement culturel, où il enseigne à la New School for Social Research. En 1949, il publie sa thèse les structures élémentaires de la parenté. Il devient sous-directeur du musée de l'Homme en France, puis directeur d'études à l'École pratique des hautes études, chaire des religions comparées des peuples sans écriture. Il est nommé professeur au Collège de France. Il fonde en 1960 le laboratoire d'anthropologie sociale et en 1961 avec Emile Benveniste et Pierre Gourou la revue L'Homme qui s'ouvre aux multiples courants de la discipline et à l'approche interdisciplinaire.

Philippe Descola est le dernier élève de Lévi-Strauss. Il reprend aujourd'hui l'œuvre du grand maître. Il dirige le laboratoire d'anthropologie sociale et enseigne au Collège de France. En juin 1996, il reçoit la médaille d'argent du CNRS pour ses travaux sur les usages et les connaissances de la nature dans les sociétés tribales.

Son témoignage et les quelques confidences du temps partagé avec le grand maître participent d'un cadeau précieux.

Retrouvez ce témoignage dans le livre(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires