Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Hegel et le droit

par Bernard Bourgeois, membre de l’Institut
Quel est l’apport d’Hegel sur le droit ? Le 17 mars 2008, Bernard Bourgeois, philosophe, membre de l’Académie des sciences morales et politiques a fait une communication, en séance, devant ses confrères de l’Académie, intitulée "Hegel et le droit". Canal Académie vous propose d’en écouter la retransmission. Le droit se définit pour Bernard Bourgeois comme une contradiction, "une intimité des opposés". Quelle conception Hegel se fait de l’être du droit, de son statut ? Comment envisage-t-il l’exercice du droit ? Comment Hegel, l’auteur de Philosophie du droit peut-il nous aider à penser et réaliser le droit, actuellement ?


T�l�charger le fichier sur votre ordinateur
Références émission afficher
Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : ES327
Adresse directe du fichier MP3 : http://www.canalacademie.com/emissions/es327.mp3
Adresse de cet article : http://www.canalacademie.com/ida2881-Hegel-et-le-droit.html
Date de mise en ligne : 6 avril 2008
Bernard Bourgeois de l'Académie des sciences morales et politiques, 17 mars 2008, en salle des séances, Institut de France
Bernard Bourgeois de l’Académie des sciences morales et politiques, 17 mars 2008, en salle des séances, Institut de France
© Canal Académie

Si pour Kant, l’ultime fondement du droit est moral et éthique, inversement chez Hegel, la moralité est intégrée dans la philosophie du droit, titre de son ouvrage. Pour Hegel, la justice a une fonction sociale et civile et n’a pas de pouvoir politique. Le juge ne doit pas se faire législateur et inversement. Le triomphe de la loi se concrétise par l’exercice de la justice. Pour Hegel et Kant, l’homme se veut, à l’égal de tout autre homme et souhaite une reconnaissance mutuelle garantie des libertés. La réalisation de la liberté passe par le droit. Le droit se définit avec Kant et Hegel, comme la liberté se donnant le droit d’exister. Dans ce nouveau principe, le droit porte en lui une contradiction : « la liberté en tant qu’elle assure le droit peut forcer la liberté en tant qu’elle est assurée par lui ». Quel statut doit-on, alors, donner au droit pour réaliser la liberté au sein de l’existence humaine ? Bernard Bourgeois distingue la réponse de Kant de celle d’Hegel. Pour Hegel le droit est la liberté réalisée, objectivée dans une conception nouvelle. Du droit politique naissent tous les autres droits. Quand Hegel expose la "philosophie du droit", c’est de "philosophie de l’État" dont il parle, sans la nommer. Bernard Bourgeois rappelle la justification chez Hegel de l’expression "philosophie du droit" et insiste sur la fonction sociale-civile du droit. Pour Kant, la peine doit être qualitativement et quantitativement égale au mal infligé. « Hegel propose une théorie de la peine plus humaine ; la peine n’est du droit que si elle est d’abord juste ». Le recours à la peine de mort doit être rare pour Hegel et le criminel est un être raisonnable.

Bernard Bourgeois de l'Académie des sciences morales et politiques, entouré de ses confrères Yvon Gattaz (à gauche) et Jean Baechler (à droite), le 17 mars 2008, en salle des séances, Institut de France
Bernard Bourgeois de l’Académie des sciences morales et politiques, entouré de ses confrères Yvon Gattaz (à gauche) et Jean Baechler (à droite), le 17 mars 2008, en salle des séances, Institut de France
© Canal Académie

Extrait de la communication de Bernard Bourgeois :

« Je dirai donc, pour conclure, que Hegel, en intégrant le droit proprement et strictement droit, comme son moment primaire, dans l’existence socio-politico-culturelle, l’a fondé en tant que base à respecter absolument de celle-ci : reconnaissance de la justice par l’État qui l’insère en elle, primat de la législation dans la justice qui l’excède, souci prioritaire du juste en sa rigueur dans la pratique humaniste de cette justice. L’abstrait est plus solidement fondé quand c’est le concret, le tout – seul, véritablement, capable d’être – qui le fonde à partir de lui-même. Le message de la philosophie du droit de Hegel est ainsi celui-ci : la prudence aristotélicienne sauve, mais en l’exigeant tel qu’en lui-même, le courage platonicien, la sagesse leibnizienne l’héroïsme cartésien, et finalement, l’absolution hégélienne le tranchant kantien. Ce message de la dernière très grande philosophie qui ait existé et à travers laquelle seule peut ainsi se penser radicalement notre époque, me semble particulièrement précieux pour celle-ci, qui a trop perdu – et elle en meurt – le sens de la norme ou de la loi, c’est-à-dire du droit comme réalisation rigoureuse, en pleine rigueur, de la liberté. »

Pour en savoir plus,

- Sur le texte de la communication de Bernard Bourgeois ;
- Sur Bernard Bourgeois, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.
- Hegel, Principes de la philosophie du droit, Flammarion, 1999, ouvrage publié en 1820 par Hegel

Écoutez le philosophe Bernard Bourgeois sur Canal Académie à propos de Bergson
- Bernard Bourgeois : L’Évolution créatrice d’Henri Bergson, oeuvre majeure de la philosophie française

- Bernard Bourgeois, Le vocabulaire de Hegel, Ellipses Marketing, 2000 ;
- Hegel, Introduction et Préface à la Phénoménologie de l’esprit , traduction par Bernard Bourgeois, Librairie philosophique Vrin, 2000 ;
- Hegel, Encyclopédie des sciences philosophiques, traduction par Bernard Bourgeois, Librairie philosophique Vrin, troisième édition, volume 1, 2000 ;
- Hegel, Encyclopédie des sciences philosophiques, traduction par Bernard Bourgeois, Librairie philosophique Vrin, troisième édition, volume 2, 2004.

Librairie philosophique J. Vrin à Paris






© Canal Acadééémie - Tous droits rééservés

Notez cette émission :

Commentaires