Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Le manque d’eau et la planète

Par Ghislain de Marsily de l’Académie des sciences

L’eau, sa distribution spatiale et la biodiversité sur terre : un problème non insurmontable selon l’académicien Ghislain de Marsily qui intervenait le 14 mai 2008 à l’Ecole Normale Supérieure de la rue d’Ulm à Paris. Canal Académie vous propose d’écouter cette conférence.


Bookmark and Share

«Est-ce que l'eau est le véritable problème sur terre ?». Question fondamentale que pose Ghislain de Marsily. Il y répond en nous sensibilisant sur divers points.


L'eau, un problème purement économique

Selon l'académicien, globalement, le problème de l’eau n’est pas un problème insurmontable. L’eau domestique ne manquera jamais. «On mourra peut-être de faim sur terre mais jamais de soif. Il y a de l’eau partout, vous pouvez aller dans les endroits les plus reculés où il n’y a aucune ressources, on pourra toujours dessaler un peu d’eau de mer et boire.» D’un autre côté, le problème réel de l’alimentation en eau potable est économique. Il est bien difficile de fournir de l'eau de bonne qualité aux populations qui n’en ont pas. Ce n’est pas un problème de quantité car, pour Ghislain de Marsily, « il y a toujours assez d’eau.» Le vrai souci reste que nous manquons de moyens financiers pour installer des stations d’épuration et des conduites et amener l’eau chez les gens. Au fond, le problème s'avère purement économique avec, en prime, la crise actuelle du prix du blé.



La migration des zones climatiques vers les pôles

Interrogeons-nous aussi sur les changements climatiques de la distribution spatiale à l’échelle très globale. Il faut garder en tête la dissymétrie colossale entre les pays en développement qui ont besoin d'avoir de l'eau stockée pour compenser les aléas du climat, et les pays développés qui en ont moins besoin. Le phénomène de migration des zones climatiques vers les pôles fait que par exemple : le sud Sahara sera plus arrosé qu’il ne l’est aujourd’hui et le nord Sahara le sera moins. Pour la zone tempérée : les précipitations en Europe du nord seront renforcées et celles en Europe du sud seront diminuées. Ceci nous mène au constat d'inégalités des ressources en eau dans le monde. Ces inégalités ne sont pas pour autant fatales. Selon l'académicien : «nous avons même l'espoir de voir augmenter les précipitations en Inde et en Chine du nord.»


Les infrastructures : une nécessité

Les(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires