Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


Philippe Janvier, paléontologue

spécialiste des vertébrés fossiles, prix scientifique de la Fondation Del Duca 2008

Paléontologue, spécialiste des premiers vertébrés, Philippe Janvier nous embarque avec passion dans ses recherches en Chine, et en Bolivie, à la recherche de requins primitifs fossilisés dans des concrétions ! Il a reçu le 11 juin 2008, le prix scientifique de la Fondation Del Duca de l’Institut de France.


Bookmark and Share

Depuis sa plus tendre enfance, Philippe Janvier est fasciné par la paléontologie.
Songez plutôt, à 10 ans, il récupérait déjà des petits animaux morts, et s’amusait à reconstituer leur squelette ! Ce jeu peu commun aurait pu inquiéter la famille… Mais leur ouverture d’esprit a fait de Philippe Janvier l'un des plus grands spécialistes des premiers vertébrés et de leur biodiversité.



Quelques repères dans le temps :

Si la Terre s’est formée il y a environ 4,6 milliards d’années, il faut en revanche attendre 700 millions d’années pour voir apparaître les premiers animaux pluricellulaires à corps mou. Les premiers animaux à coquilles font leur apparition dès 630 millions d’années. Les paléontologues descendent jusqu’à 500 millions d’années pour trouver les premiers vertébrés. Il s’agit de poissons, sans mâchoire et au corps protégé par une carapace.

Il reste impossible pour les spécialistes d’évaluer le nombre d’espèces présentes sur Terre il y a 500 millions d’années. Certes beaucoup de calculs ont été réalisés, mais aucun n’est fiable.

On estime en revanche, que 99.9% des espèces animales qui ont vécu sur Terre ont disparu. En conséquence, la biodiversité actuelle, de l’ordre de 7 millions d’espèces, n’est qu’une partie infime de l’ensemble règne végétal et animal depuis l’origine de la vie.

Dater les premiers vertébrés et reconstituer leur « arbre généalogique »

Il est difficile pour les paléontologues de descendre en dessous de 550 millions d’années pour découvrir de nouvelles espèces. c’est en effet à cette époque qu’a lieu une grande « explosion » cambrienne, faisant apparaître une grande diversité de plan structuraux des animaux, mais masquant par la même occasion, le passé profond de la vie.
Mais les spécialistes n’ont pas dit leur dernier mot ! Excellents enquêteurs, ils travaillent sur des « lignées fantômes ». Ce terme désigne les segments des branches de l’arbre phylogénétique qui ne sont pas documentés par les fossiles mais qu’on peut inférer par leur branches sœurs, grâce aux fossiles.

Ainsi, arrivés au niveau des plus anciens vertébrés à mâchoire, on peut considérer obligatoirement qu’il devait exister des groupes frères, même si(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires