Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Histoire de la grippe espagnole

avec Charles Pilet, de l’Académie des sciences et Paul Léonphonte

La grippe espagnole tua plus de 400 000 personnes en France, peu avant les années 20 et notamment pendant la Grande Guerre. Retour sur cette hécatombe tragique que les virologues redoutent de nouveau avec le H5N1, appelé aussi "grippe aviaire". Paul Léophonte et Charles Pilet nous livrent leurs explications dans une communication commune qui se déroulait lors de la journée du livre à l’Académie nationale de médecine en septembre 2008.


Bookmark and Share

La grippe espagnole, qui s’est rependue de 1918 à 1919, a fait 30 millions de morts en Europe selon l'Institut Pasteur.
On lui doit ce nom du fait que l’Espagne, non impliquée dans la Première Guerre mondiale, a pu, en 1918, publier librement les informations relatives à l’épidémie du H1N1. Ainsi les journaux français parlaient de la « grippe espagnole » qui faisait des ravages « en Espagne » sans mentionner les cas français, tenus secrets pour ne pas faire savoir à l'ennemi que l'armée était affaiblie.



En France, ce fut l’équivalent de 100 à 300 morts par jour, dans des conditions très difficiles : des soins de fortune, plus assez de cercueils ni de corbillards.
Parmi les artistes morts de la grippe espagnole, on compte Guillaume Apollinaire, mort 2 jours avant l’armistice à l’âge de 38 ans.
De même, le peintre expressionniste Egon Schiele décédera le 31 octobre 1918. Anecdote émouvante, son dernier tableau La famille représente sa femme morte quelques jours plutôt de cette même grippe, avec l’enfant qu’il avait espéré.



L’auteur Edmond Rostand, immortel de l’Académie française, mourra le 2 décembre 1918, après une répétition de la reprise de L'Aiglon (pièce dramatique de Rostand écrite en 1900).

Cette grippe n’avait rien de commun avec les grippes ordinaires. Son caractère fulgurant provoquait une mortalité 25 fois plus importante que la mortalité « habituelle » des épidémies.
Il faut attendre 1933 pour découvrir le virus (H1N1) chez l’homme.
Les grippes virulentes existaient bien avant la grippe espagnole. On les appelait alors « Orion » ou encore « Folette » (pour Louis XV).

Aujourd’hui, les virologues estiment que les pandémies se répandent au rythme de trois par siècle. Après la grippe asiatique et la grippe de Hong Kong, les scientifiques sont donc en attente d’une prochaine pandémie mais qui n’émanera par forcément du H5N1 (grippe aviaire).

Retour sur le grippe aviaire(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires