Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Mots clefs et suggestions


Palestine de Hubert Haddad

Prix des Cinq Continents de l’OIF, prix Louis Barthou 2008 de l’Académie française

Avec son roman Palestine, Hubert Haddad nous plonge au coeur du conflit israélo-palestinien en changeant notre regard grâce à l’admirable langue poétique qu’il manie avec grand talent. Il s’entretient ici avec François-Pierre Nizery : un moment porteur d’espoir malgré ou au-delà des déchirements.


Bookmark and Share

Dans les premières minutes de cette émission, François-Pierre Nizery prend le soin de relater l'histoire de ce Prix des Cinq Continents qui mérite d'être plus largement connue du public. Palestine, d’Hubert Haddad, Prix des Cinq Continents 2008, est un roman fascinant à plus d’un titre, l’un de ces rares romans dont le lecteur sort différent. Différent parce qu’on y apprend à voir autrement, avec un autre imaginaire, avec d’autres sensations, avec une autre parole, cette chose dont on entend parler presque tous les jours dans la presse et sur les écrans du monde entier, avec toute notre impuissance de spectateur lointain, avec toutes les questions sans réponse qui l’accompagne : le conflit israélo[alestinien.

Hubert Haddad nous plonge au cœur (au sens presque physique du terme, pas au sens abstrait) de ce conflit, qui n’est pas le seul sur la planète mais peut-être celui qui remonte le plus loin dans le temps et qui est si chargé de symboles qu’il semble concentrer tous les déchirements du monde. Deux peuples si proches (géographiquement mais pas seulement) semblant irréconciliables et vivant en permanence sous de terribles menaces, mais vivants, vivant une vie sur laquelle Hubert Haddad verse une goutte d’humain qui change notre regard.

La traversée du miroir

Hubert Haddad nous fait toucher le réel, le pire même, mais d’une façon telle que le pire semble suspendu par la langue du poète. Ne reste à terre que l’humain, l’amour, rendant le passage d’un camp à l’autre presque simple et si évident. Un soldat israélien est assommé dans une embuscade. Sous le choc, il perd la mémoire. Recueilli par une famille palestinienne, il devient palestinien. C’est la traversée du miroir, dit Hubert Haddad. Cela devient surtout pour son lecteur une incroyable cohabitation de l’enfer et du paradis, mais un enfer discret, présent mais en suspens. Miracle de la poésie, qui habite toutes les pages de ce roman !

Au cours de cet entretien, Hubert Haddad revient avec pudeur et émotion sur ce qui l’a poussé à s’immerger à ce point au cœur d’un conflit humain si enraciné dans la chair de ses protagonistes, le questionnement intérieur qu’il porte en lui dans sa propre chair, par ses racines. Il s’explique sur le(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires