Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Jean Clair : ses prédécesseurs sur le 39e fauteuil de l’Académie française

avec Mireille Pastoureau, directeur conservateur de la Bibliothèque de l’Institut

Quels furent, sur le 39 ème fauteuil de l’Académie française, les prédécesseurs de Jean Clair ? Mireille Pastoureau, directeur et conservateur de la Bibliothèque de l’Institut de France, poursuit sa série d’émissions sur l’histoire des fauteuils de l’Académie et tout particulièrement celle du 39 ème fauteuil occupé par des personnalités fort diverses dont Condorcet.


Bookmark and Share

Les éléments du texte ci-dessous sont extraits d'un document établi par Mireille Pastoureau. On peut le consulter dans son intégralité (avec les références des ouvrages) sur le site de la Bibliothèque.
www.bibliotheque-institutdefrance.fr



Jean Clair, élu le 22 mai 2008 à l'Académie française, est le 15 ème titulaire de ce 39ème fauteuil, lequel fut donc occupé par un relativement petit nombre d'académiciens. Serait-ce un fauteuil qui assure une belle longévité à ses titulaires ? On peut le souhaiter à Jean Clair !

Le tout premier titulaire fut Louis GIRY (1596-1665). Élu membre de l’Académie française en 1636. Avocat général au Parlement de Paris, renommé pour sa compétence juridique, il fut, à la fin de sa vie, membre du conseil privé de Mazarin. Possesseur d’une riche bibliothèque, il faisait partie du petit groupe de lettrés qui préfigura l’Académie française. « Environ l’année 1629, quelque particuliers, logés en divers endroits de Paris, ne trouvant rien de plus incommode, dans cette grande ville, que d’aller fort souvent se chercher les uns les autres sans se trouver, résolurent de se voir un jour de la semaine chez l’un d’eux. » C’est chez Valentin Conrart, mieux logé que les autres, au cœur de la ville, que ce cercle d’hommes de lettres tint ses réunions jusqu’à ce que le cardinal de Richelieu, redoutant les cabales et les complots, décidât, en 1634, de le transformer en un corps d’État.
A cette date, Giry ne se montrait plus très assidu aux réunions car il présidait dans sa propre demeure des « conversations spirituelles ». Aussi ne fut-il reçu à l’Académie que tardivement, en janvier 1636, après que Richelieu eut admiré sa traduction de l’Apologétique de Tertullien. De Tertullien, Giry traduisit aussi le Traité de la résurrection de la chair, pour lequel Vaugelas le complimenta d’avoir su, par les charmes de son éloquence, « transformer les rochers et les épines de l'auteur latin en jardins délicieux». Son oeuvre se compose surtout de traductions de l'italien, telle la Pierre de touche politique, tirée du mont de Parnasse de Trajano Boccalini, du grec - avec deux dialogues de Platon et un texte(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires