Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’essentiel avec... Axel Kahn

Le généticien, correspondant de l’Académie des sciences, répond aux questions essentielles de Jacques Paugam

Axel Kahn est un scientifique au parcours atypique, président de l’université Paris Descartes depuis 2007. Ayant choisi d’évoluer dans le monde de la recherche plutôt que la médecine, il a su faire confiance à l’Inserm et au CNRS. Qu’est-ce que le bonheur selon lui ? Vivre pleinement ce à quoi on a aspire car on écrit le monde... Un conseil de sagesse parmi d’autres qu’il confie dans cet entretien avec Jacques Paugam.


Bookmark and Share

Axel Kahn est l’un des scientifiques français les plus connus du grand public par ses livres et par ses interventions médiatiques dans toute une série de grands débats. Ses travaux portent notamment sur le contrôle des gênes, les maladies génétiques, le cancer et la nutrition. Après la direction de l’Institut Cochin, il a été de 1992 à 2004 membre du comité consultatif national d’éthique. Il est à présent directeur de recherche à l’Inserm et depuis décembre 2007 président de l’université Paris Descartes. Il est Correspondant de l’Académie des sciences, section biologie humaine et sciences médicales depuis le 7 mai 1990 .

Recherche ou médecine ?

1 - Dans votre itinéraire professionnel, dans votre carrière, quel a été le moment essentiel ?

A.K : J’aimerais répondre en évoquant deux moments essentiels dans ma vie professionnelle. Le premier, lorsque je termine mon internat des hôpitaux de Paris. Je suis médecin et deux carrières s’ouvrent à moi : la première consiste à être médecin des hôpitaux puis sans doute chef de service dans ma spécialité, l’hématologie. La seconde consiste à me lancer dans la recherche, poser ma candidature à l’Inserm. Ce n’est pas évident car c’est un choix qui à l’époque me fait perdre la moitié de mes émoluments. D’autre part, surtout pour un médecin, il y a une carrière noble qui est d’être professeur, médecin des hôpitaux, et patron de médecine. Dans l’immense majorité des cas, sont chercheurs ceux qui sont en attente. Le purgatoire c’est l’Inserm ou le CNRS. Moi je m’engage à l’Inserm et il s’agit à la fois de mon purgatoire, car il faut apprendre, mais je considère que ce peut être aussi le paradis et j’y resterai. Le deuxième choix très important et très récent : il m’a été proposé de devenir président d’une très grande université française.(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires