Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

L’élasticité du temps dans notre cerveau et en physique

avec Claude Debru et Pierre Buser, auteur du Temps, instant et durée, membres de l’Académie des sciences

Pourquoi avoir cette étrange sensation que le temps est élastique : il passe vite lorsqu’on est pressé et lentement lorsqu’on s’ennuie ? Claude Debru et Pierre Buser se sont intéressés aux questions actuelles que se posent les neurosciences sur la construction cérébrale du temps vécu. Car le temps humain n’est pas lisse et ordonné, il est dissymétrique et orienté comprenant à la fois passé, présent et futur. Et il en va de même en physique pour nos horloges et nos sabliers qui se décalent irrémédiablement petit à petit. C’est la démonstration parfaite de la dilatation du temps, une expression de la relativité générale chère à Einstein... ! Explications.


Bookmark and Share

Temps historique, temps cosmique, temps des sociétés humaines… Il existe plusieurs conceptions du temps selon qu’on soit philosophe, neurobiologiste ou physicien. C'est ainsi que commence l'ouvrage de Pierre Buser et Claude Debru, Temps, instant et durée, paru en 2011 aux éditions Odile Jacob.

« En tant que neurocognitiviste, la définition du temps est un problème. Il a plusieurs définitions possibles selon qu’on s’intéresse à l’instant où à la durée. Ce sont deux notions auxquelles Bergson était attaché et qui sont apparues assez vite dans l’histoire.
La différence est devenue plus complexe et radicale lorsque la physique s’est développée au XIXe-XXe siècle »
explique Pierre Buser.
À cette époque, c’est Einstein, puis Langevin qui révolutionnent la conception du temps avec la mise en avant du phénomène de la dilatation et de la relativité générale.
Avec cette théorie, selon les référentiels, deux points peuvent être simultanés ou l’un avant l’autre ; autrement dit, la simultanéité n’est pas une valeur absolue. Einstein avait prévu que le temps et la durée changeraient avec la vitesse : plus un événement se déplace vite, plus le temps devient court.
Langevin décrivit ce phénomène à travers l’exemple des jumeaux : l’un reste sur Terre, l’autre prend une fusée. Après deux heures passées dans sa fusée, ce dernier revient sur Terre pour trouver son frère. Mais pendant les deux heures passées dans sa fusée, il s’est passé 200 ans sur Terre. Cette théorie a donné lieu à des disputes, notamment avec Bergson qui tenait à la notion de « durée absolue ».
Et c’est pourtant bien Einstein et Langevin qui avaient raison.
La théorie de la relativité a modifié notre conception du temps. L’espace, le mouvement et la gravitation entrent désormais en compte pour définir le temps. Si ces éléments ne sont pas pris en compte, on observe alors un phénomène de dilatation du temps (les horloges retardent).

Puis avec Max Planck et les débuts de la physique quantique apparaît la notion de la réversibilité du temps. Le temps est irréversible en macrophysique mais il est(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires