Le Club

Découvrez le club Canal Académie et créez votre compte dès maintenant pour profiter des avantages, des exclusivités, des services...

Découvrir le Club

Adolphe Adam

Le roi de l’opéra-comique

Petit parcours historique et musical dans la vie et la carrière de l’un des plus fameux compositeurs d’opéra-comique du XIXe siècle, Adolphe Adam, membre de l’Institut, à qui l’on doit quelques oeuvres phares du théâtre lyrique français, telles Le Postillon de Longjumeau, Giselle, Le Toréador ou encore Si j’étais roi.


Bookmark and Share


Adolphe Adam, membre de l'Institut à partir de 1844, est un compositeur populaire fort prolixe dont les oeuvres se fredonnent dans tous les milieux jusque tard dans le XXe siècle. Il est passé à la postérité à travers une mélodie rapidement composée à la demande de l'une de ses anciennes interprètes, une mélodie intitulée Minuit Chrétiens. Mais Giselle, parangon du ballet romantique français, demeure l'ouvrage qui lui aura permis de rester, bon an mal an, à l'affiche de tous les théâtres d'Europe et d'Amérique.
Adolphe Adam est né le 24 juillet 1803 à Paris. 1803, année faste pour la musique française, puisque moins de six mois plus tard, Hector Berlioz -qui sera élu au fauteuil d'Adolphe Adam à la mort de ce dernier - voyait le jour à la côte saint André.

Né d'une famille musicienne - le père d'Adolphe Adam est un éminent professeur de piano du Conservatoire, qui a formé nombre de virtuoses et de compositeurs - Adolphe n'est pas ce qu'on appelle un enfant prodige. Initié très jeune à la musique, c'est au Conservatoire, sous la houlette de François-Adrien Boieildieu, l'inoubliable auteur de la Dame Blanche (1825) également "de l'Institut", qu'il apprend son métier de compositeur. Dans la notice que Fétis consacre au musicien dans son histoire de la musique, l'historiographie de tous les musiciens français et européens du XIXe siècle souligne qu'Adam était élève qui convenait le mieux aux leçons de Boieldieu et celui-ci était le maître qui pouvait le mieux développer disposition d'Adam en effet et, « tous deux étaient en effet d'habiles mélodistes et avait pour qualité dominante installe l'expression de la parole chantée et l'intelligence de la scène ». Certes, Boieldieu a également police et son élève : doté d'une invention mélodique certaine, Adam travailleur bien plus sur l'instinct que sur la technique, et une certaine paresse lui avait dicté jusqu'à lors de : trop s'embarrasser de considérations théoriques...

Le premier contact professionnel d'Adam avec le monde du théâtre eu lieu au théâtre du gymnase dramatique. Adolphe fut engagé dans l' orchestre du gymnase pour y jouer... Du triangle - eh oui ! - avant d'en devenir - promotion notable ! - le timbalier chef puis(...)


© Canal Académie - Tous droits réservés

Notez cette émission :

Pour poursuivre la lecture de cet article et écouter cette émission,
devenez membre du Club pour 25€ par an seulement ! abonnez-vous ici Déjà abonné ? identifiez-vous

Commentaires